Rapport annuel 2016-2017

 
 

Message du président-directeur général

Mark O’Neill

Mark O’Neill
Photo : Mark Holleron

À la lumière de cette année extraordinaire – marquée par les derniers préparatifs pour l’inauguration de la salle de l’Histoire canadienne ainsi que par les commémorations spéciales de la bataille de la crête de Vimy –, il ne fait aucun doute que le personnel, les donateurs et les amis de nos Musées éprouvent une immense fierté envers notre institution.

Cette fierté est tirée en grande partie du fait que tant de personnes aient réussi à relever les défis uniques associés à notre rôle clé dans la célébration du 150e anniversaire de la Confédération du Canada.

L’enthousiasme grandissait à mesure que le Musée canadien de l’histoire parachevait les galeries qui allaient accueillir la nouvelle salle de l’Histoire canadienne, qui résulte de plusieurs années d’activités de recherche et de consultations publiques intensives; à mesure, aussi, que les objectifs étaient atteints ou dépassés, et que les échéanciers étaient respectés, voire devancés. Des années de travail soutenu, de planification minutieuse et de réinvention astucieuse ont mené à l’élaboration d’un espace monumental qui changera à jamais le visage du Musée et la façon qu’ont les Canadiens d’interagir avec leur histoire. Cette salle est le plus vaste espace d’exposition au monde qui soit dédié à l’histoire canadienne. Les générations futures profiteront longtemps de ce précieux legs offert à la population canadienne dans la foulée des célébrations du 150e anniversaire du pays.

Au Musée canadien de la guerre, le dévoilement d’une vaste série d’expositions et de programmes coïncidant avec le 100e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy a notamment eu pour effet de soulever un passionnant débat public sur la nécessité et la façon de commémorer la guerre, tout en faisant la lumière sur l’impact qu’ont eu sur le Canada, jusqu’à aujourd’hui, les sombres événements de 1917.

Parmi les initiatives lancées pour souligner le centenaire de Vimy figure l’organisation de deux grandes expositions : Vimy – Au-delà de la bataille, une actualisation appréciable de la galerie consacrée à la guerre sud-africaine et à la Première Guerre mondiale, et Témoins – Nos champs de bataille vus par les Canadiens, présentée à Arras, en France.

Des projets phares d’une aussi grande envergure permettent évidemment de mettre en valeur l’expertise, l’ingéniosité et le dévouement de notre personnel. Tous les employés contribuent aux réalisations du Musée, et chacun d’eux nous rend fiers.

Nous tirons également fierté de l’enthousiasme de nombre de Canadiens devenus nos partenaires dans la narration des récits du pays. Une évidence se dégage de nos indicateurs (affluence, dons en hausse, consultations publiques continues et fructueuses) : les Canadiens se sentent mobilisés par notre travail en voyant leurs récits être transposés dans nos Musées.

Cette année, par exemple, 1,7 million de personnes ont franchi les portes de nos Musées. Cela n’illustre pourtant qu’une partie du tableau. Grâce aux expositions itinérantes, au Musée virtuel du Canada, à la diffusion de contenu sur les médias sociaux et par d’autres moyens, nos Musées sont en effet parvenus à atteindre un auditoire encore plus vaste et à le lier aux récits sur l’histoire du Canada que nous présentons.

Les deux Musées ont aussi connu une année exceptionnelle sur le plan du financement. La campagne de financement du Musée de l’histoire a surpassé l’objectif de 5 millions de dollars pour la salle de l’Histoire canadienne, et les projets spéciaux entrepris par les deux Musées ont bénéficié de quelques dons considérables de la part de grands philanthropes. En plus de ces dons substantiels pour lesquels nous sommes reconnaissants, nous nous réjouissons de l’appui généreux reçu de particuliers partout au Canada. Nous comptons à présent plus de 5 000 donateurs annuels. Essentielle à la poursuite de nos activités, la contribution annuelle de nos bienfaiteurs témoigne de façon éloquente des liens personnels que les Canadiens tissent avec l’histoire de leur pays.

L’engagement durable de nos Musées à consulter la population est un autre témoignage de l’importance que nous accordons aux relations de collaboration. Nous sommes particulièrement fiers de la participation active des membres des Premières Nations. L’importante contribution du Comité consultatif des Premières Nations du Musée canadien de l’histoire à la salle de l’Histoire canadienne et l’apport du Programme de formation en pratiques muséales destiné aux Autochtones RBC ont permis de resserrer nos liens avec les Premières Nations.

Si la commémoration d’événements marquants a retenu une bonne part de notre attention cette année, nous avons tout de même fait avancer d’autres projets de longue haleine tout aussi essentiels. Par exemple, nous avons récemment mis au point une nouvelle politique sur les collections qui nous guidera pour de futures acquisitions.

Nous poursuivons nos efforts afin d’accroître la visibilité du Musée canadien de l’histoire et du Musée canadien de la guerre non seulement au Canada, mais aussi à l’étranger. Grâce aux expositions itinérantes, aux prêts d’artefacts, aux initiatives de recherche et aux activités de réseautage, nos Musées connaissent un retentissement à la grandeur du pays et dans d’autres régions du globe. En fait foi, notamment, l’exposition Les Grecs – D’Agamemnon à Alexandre le Grand dont la conclusion à Washington cette année a marqué la dernière étape d’un fructueux projet de collaboration internationale mis en œuvre par le Musée canadien de l’histoire.

La dernière année a été bien occupée, mais elle n’est pas encore terminée et d’autres accomplissements sont à prévoir. En ce 150e anniversaire du Canada, nous nous réjouissons à l’idée de célébrer avec vous un jalon important dans l’histoire d’un remarquable pays.

Mark O’Neill
Président-directeur général
Musée canadien de l’histoire