Menu principal
Menu principal

L'art haïda
Art haïda




     Le chamanisme



(page 2)

Nous tirons une bonne partie de nos connaissances sur les chamans d'observations sur des personnes données, qui sont parfois le fait de marchands, de voyageurs et d'ethnographes, mais surtout de missionnaires. Cependant, ces derniers et les chamans se méfiaient les uns des autres, se considérant comme des concurrents. Le plus célèbre chaman fut sans aucun doute le docteur Kudé, de Masset; de nombreuses photos de lui prises dans les années 1880 et 1890 montrent qu'il correspond parfaitement à l'image du chaman. Le docteur Kudé a laissé son attirail de chaman, y compris des effigies de poisson dont il a dû se servir pour les cérémonies du premier saumon, au Pitt Rivers Museum de l'Université d'Oxford. On le voit dans une célèbre photo de trois chamans de Masset portant un mélange de vêtements sacrés et profanes.

Swanton décrit l'habillement d'un homme chaman :

Le chaman s'habillait dans une certaine mesure en fonction du type d'esprit qui parlait par sa bouche. D'ordinaire, il portait une couverture de danse (couverture chilkat), tenait à la main un hochet ovale, et portait un certain nombre de «gratte-tête» en os suspendus autour du cou. Il avait les cheveux longs, et ne les peignait ni ne les lavait jamais. Parfois, il portait un os planté dans sa chevelure; à d'autres moments, il se coiffait d'un bonnet dont les côtés pentus formaient une arête au sommet; ou encore il portait un serre-tête circulaire. Un long os lui perçait toujours la cloison nasale.

L'habillement traditionnel du chaman est particulièrement bien documenté dans l'art des Haïdas, qui représentaient ce dernier sur les deux poteaux qui flanquaient sa sépulture afin de mettre en garde les éventuels intrus. Le costume représenté est invariablement un tablier à franges orné de sabots de cerf ou de becs de macareux. L'homme chaman avait toujours les cheveux longs, ramassés en chignon sur le dessus de la tête, et coiffés d'un chapeau en forme de coin ou pointu, ou d'une couronne de griffes de grizzli. La couronne de griffes (ou parfois de cornes de chèvre) est plus courante chez les Tsimshians, mais elle était souvent représentée dans les portraits haïdas en argilite des chamans, peut-être parce que cela plaisait aux touristes.




VII-B-812 Figurine en argilite représentant un skaga, ou chaman, avec tout l'attirail de sa profession, dont un ornement nasal et un tube en os dans ses cheveux noués. Il tient dans la main droite un capteur d'âmes en os, et dans la main gauche un hochet sculpté. Il ne porte qu'un tablier en peau de daim orné de franges, et sa boîte d'amulettes est placée commodément devant lui.

Peut-être acquise en 1899 par James Deans pour la collection A. Aaronson.
MCC VII-B-812 (S92-4272)




VII-X-484 Vues de devant et de derrière d'une sculpture en argilite représentant un chaman avec un chef et son esclave, qui raconte une histoire sur un chaman de Tanu. Elle a probablement été réalisée à Skidegate.

Recueillie à Carcross (Yukon) en 1972 par Catherine McClellan.
MCC VII-X-484 (S94-6805 devant, S94-6806 derrière)
VII-X-484




Les sculptures en bois de chamans sont souvent très naturalistes, et Simeon Stiltla, Charles Edenshaw et peut-être d'autres en ont fait une ou deux douzaines. De nouveaux documents indiquent que les oeuvres jadis attribuées à Gwaitilth sont en fait de Simeon Stiltla (1833-1883). Les plus élaborées de ces pièces, par exemple celle recueillie par John R. Swanton pour l'American Museum of Natural History, montrent le chaman mort étendu, les genoux pliés, dans sa maison funéraire; il serre souvent dans une main un hochet sphérique portant un visage d'homme ou une tête d'animal, et dans l'autre un capteur d'âmes.




VII-B-1654 La tête de cette figurine de chaman en bois est surmontée d'une grande nageoire d'Épaulard. La face de la même créature est représentée sur le tablier. La position symétrique des mains est inusitée pour un chaman et indique peut-être qu'il est en train de plonger ou de nager dans le monde sous-marin du chef Épaulard.

Achetée à Londres en 1976.
MCC VII-B-1654 (S94-6774)




Modèle de cabane funéraire de chaman montrant comment le corps est placé. On voit que sa tête repose sur sa boîte d'amulettes. Le chaman est représenté sur les poteaux d'angle, et un gros Corbeau monte la garde en haut. Il y avait beaucoup de cabanes funéraires de ce type dans de petites îles proches des vieux villages, mais toutes ont été pillées par des chercheurs de curiosités. Ce beau modèle a été réalisé en 1900 par Simeon Stiltla pour John R. Swanton. Le modèle se trouve actuellement à l'American Museum of Natural History.




haut retour SUITE ...