L'introduction

Les fouilles archéologiques

L'introduction à l'archéologie
La végétation de la forêt humide
Les ruisseaux enterrés
Les amas de coquillages
Le foyer
La cache de nourriture
La sépulture canine
La cache de guerrier
Les pétroglyphes et les pictogrammes

La société et la culture tsimshianes

Les villages tsimshians

Les fouilles archéologiques

L'introduction à l'archéologie

L'introduction à l'archéologie L'archéologie est fondée sur des méthodes contrôlées de prospection et d'excavation qui visent la récupération d'objets et de vestiges qui révèlent de l'information sur l'organisation et les activités de peuples disparus. Il est ensuite possible de recréer les rapports entre ces objets et vestiges et de cerner des aspects de leur signification culturelle. Comme les objets qui résistent à l'épreuve du temps sont en grande mesure des outils, des armes et autres instruments, les archéologues attachent une grande importance aux techniques employées par les peuples disparus.

Massue de guerre en andouiller - CD95-759-046 - S93-8188 Reproduction d'une massue de guerre en andouiller utilisée comme symbole d'autorité
vers l'an 1000
Site Boardwalk, fouillé en 1968
(GbTo-31-211)
 

Les archéologues emploient divers termes pour qualifier leurs découvertes. Les objets délibérément façonnés à une fin précise, comme les outils et ornements, sont appelés « artefacts » et tous les artefacts provenant d'un même site sont appelés « assemblage ». Les structures, y compris les vestiges de demeures et les endroits réservés à la préparation et à la cuisson des aliments, sont appelés « caractéristiques ». Le terme « échantillons » désigne une collection contrôlée d'ossements, de graines, de coquillages, de sols et de cendres de bois.

La carte et le quadrillage du site - CD94-635-020 - S94-13740 On distingue bien des types de sites — les sites d'habitation, les sites d'abattage de bêtes, les sites de carrière de pierre et les sites de sépulture — et chacun exige l'emploi de techniques d'excavation différentes. Il demeure toutefois qu'en général, pour établir les rapports entre les artefacts, les caractéristiques et les échantillons, les archéologues établissent d'abord la carte et le quadrillage du site à fouiller, constituant des carrés de taille uniforme.

La carte et le quadrillage du site Ensuite ils fouillent les dépôts à l'intérieur des carrés et enregistrent la localisation des vestiges qu'ils trouvent, c'est-à-dire qu'ils notent leur distance et leur profondeur à partir d'un ou de plusieurs points de référence fixes. L'interprétation de ces objets-témoins rend possible la reconstitution d'une série d'évènements s'échelonnant sur une période de temps et de construire un modèle du site.

La stratigraphie La stratigraphie est un des fondements de l'archéologie. Simplement, elle signifie que les vestiges les plus anciens d'un site sont les plus profondément enfouis et que les vestiges trouvés dans les couches supérieures sont de plus en plus récents, jusqu'à ceux, contemporains, qui affleurent le sol. La stratification peut varier considérablement d'un site à l'autre, ce qui complique d'autant la tâche des archéologues.

Il peut arriver à certains sites que les couches naturelles soient absentes et que les dépôts reposent à plusieurs mètres de profondeur dans le même type de sol. À d'autres endroits, les strates ont pu être dérangées, soit par des phénomènes naturels, soit par l'activité humaine. Toutefois, que les archéologues fouillent en fonction des strates naturelles ou d'unités arbitraires, il demeure habituellement possible de déterminer l'âge des artefacts en fonction d'autres objets mis au jour au même endroit en notant le niveau auquel ils ont été découverts.

CD94-32-059 - S71-3556 La datation des vestiges est établie en fonction de l'endroit exact où un artefact ou un autre indice a été trouvé. L'établissement de la séquence culturelle à un site donné se fait principalement selon la datation relative, qui consiste principalement à déterminer que tel vestige est plus ancien ou récent qu'un autre. Les dates qui sont associées au calendrier moderne sont dites absolues. Les méthodes de datation fondées sur l'analyse des propriétés physiques ou chimiques de certains vestiges, ainsi qu'en employant d'autres techniques, se sont considérablement perfectionnées au cours des dernières décennies et ont simplifié quelque peu les méthodes de datation relative et absolue. Il demeure toutefois que la datation des objets peut poser certaines difficultés pour l'archéologue.
 
Haut

Crédits