L'introduction

Les fouilles archéologiques

L'introduction à l'archéologie
La végétation de la forêt humide
Les ruisseaux enterrés
Les amas de coquillages
Le foyer
La cache de nourriture
La sépulture canine
La cache de guerrier
Les pétroglyphes et les pictogrammes

La société et la culture tsimshianes

Les villages tsimshians

Les fouilles archéologiques

La cache de nourriture

On creusait les fosses de cache de nourriture dans le sol, on les bordait avec de l'écorce de bouleau et on les recouvrait d'écorce. Au-dessus, on plaçait des roches, une couche de coquillages et de terre pour les camoufler. Les familles recreusaient leurs caches une à la fois. Une fois vides, les fosses étaient remplies de terre et de coquillages.

Poissons - 
CD94-635-044 - S94-37750 Chaque famille gardait au moins une cache secrète de nourriture à l'orée du village, ou même dans le terrain de la maisonnée. Les réserves de poissons aidaient à nourrir les gens au cours de l'hiver, spécialement quand il était difficile de trouver de la nourriture. Il pouvait y avoir des centaines de fosses de cache pour un petit village.

Les terres tsimshianes étaient particulièrement généreuses quant à l'approvisionnement en nourriture, ce qui rendait les groupes voisins envieux; les caches mettaient ainsi l'approvisionnement hivernal de nourriture en sécurité contre les razzias éventuelles. Les femmes s'occupaient des caches et gardaient leur localisation secrète, même entre elles, de telle sorte qu'aucun membre de la communauté capturé par un groupe rival ne puisse révéler où se trouvaient ces fosses alimentaires.
 
 

Crédits