L'introduction

Les fouilles archéologiques

La société et la culture tsimshianes

Le chamanisme
Le Commerce
La guerre
Les instruments de guerre
Les canots de guerre
La fortification
Le guerrier
La richesse et le rang
Le travail des hommes
Les activités féminines

Les villages tsimshians

La société et la culture tsimshianes

La guerre

La fortification

Les razzias par petits groupes, dont se rendaient responsables les tribus de l'intérieur poussées par la faim, constituaient une menace constante pour les Tsimshians, autant que celles, importantes bien que peu fréquentes, des Haïdas et des Tlingits à partir de leurs îles vers l'ouest et le nord.

Le fort de Kitwanga - 
CD94-632-020 - K94-721 Modèle du fort de Kitwanga, par Arthur Price et G. F. MacDonald.
 

Les Tsimhians construisaient des enceintes qui ressemblaient à des forts pour protéger leurs clans des invasions. C'est l'ancien guerrier, Nekt, qui a construit le fort original de Kitwanga sur une colline à environ 3 km au nord du village actuel de Kitwanga. Nekt était un guerrier très redoutable qui dirigeait des incursions contre des villages de la côte et sur la rivière Nass. Pour se défendre contre les incursions ennemies, il a disposé une barrière de billes pointues autour des cinq maisons de sa tribu. On pouvait relâcher les billes pour les faire rouler dans la pente en direction des envahisseurs. La «bille-qui-écrase-l'homme» est devenue un écusson qui a été placé sur les mats totémiques par des familles de Kitwanga et de Gitsegyukla.
 
Haut

Crédits