L'introduction

Les fouilles archéologiques

La société et la culture tsimshianes

Le chamanisme
Le Commerce
La guerre
Les instruments de guerre
Les canots de guerre
La fortification
Le guerrier
La richesse et le rang
Le travail des hommes
Les activités féminines

Les villages tsimshians

La société et la culture tsimshianes

La guerre

Les instruments de guerre

Les instruments de guerre comprenaient les arcs et les flèches, les lances, les poignards, les massues, les coups-de-poing, les brise-canot et les atlatls (des planchettes ou des baguettes qui accroissent la force propulsive en lançant un javelot).

Une massue en os de baleine trouvée sur le site de l'ancien village tsimshian, près de Prince Rupert. Elle remonte approximativement à deux mille ans.
(GbTo-31-522)
 
Une massue - CD95-761-090 - S93-8980


 
Les arcs et les flèches

Arc - CD96-021-057 - S93-14530
Arc en bois d'if décoré du motif «tête de corbeau»
Recueilli par W. E. Gordon, 1853; Fort Simpson
(VII-C-2088)

Les arcs utilisés pour la guerre étaient fabriqués en bois d'if et décorés des armoiries du propriétaire. Les arcs de guerre cérémoniels étaient incrustés de coquillages d'haliotides. Les flèches pour la guerre étaient fabriquées de branches d'amélanchiers importées de l'intérieur. Les carquois étaient des tubes en cèdre rouge de l'Ouest souvent décorés avec soin.


 
Les poignards

Un poignard - CD95-762-012 - S93-9024 Poignard de guerre en acier avec emblème d'aigle sur le pommeau
Recueilli par A. Mackenzie, 1884; haïda, Masset, îles de la Reine-Charlotte
(VII-B-944)
 

Les poignards en cuivre et en acier ont été apportés par des commerçants de fourrure sibériens pendant des centaines d'années. Certains avaient un double tranchant comme les couteaux des chasseurs d'ours sibériens. Un poignard en acier avait la valeur d'un esclave et constituait la possession prisée d'un chef. Le pommeau des poignards fournissait une zone privilégiée pour la décoration artistique.


 
Les massues

Une massue - CD95-762-020 - S93-9041 Massue de guerre en pierre de style «rivière Skeena», ornée d'un monstre fabuleux mi-poisson mi-mammifère
XVIIIe siècle
Recueillie par I. W. Powell, 1879; Metlakatla
(XII-B-556)
 

Le combat corps à corps favorisait l'utilisation des massues. Une forme ancienne, qu'on peut retrouver en Sibérie et dans la Chine des Shang, était faite en andouiller de caribou armé de pointes de pierre et décorée de motifs géométriques et zoomorphiques. Ces massues vinrent à symboliser la puissance, chez les Tsimshians en particulier, et on en fabriquait des miniatures qu'on arborait comme preuve de service.

Les massues tsimshianes en pierre, sculptées, étaient les plus élaborées de la côte. Cette tradition de sculpter les massues s'est développée durant la période de guerre intense qui a eu lieu au cours du premier millénaire av. J.-C. Les figures animales et humaines qui les décorent diffèrent de toutes autres armoiries plus récentes. Les massues en os de baleine, qui pouvaient atteindre une grande taille, étaient parfois sculptées de motifs fins et incrustées de coquillages.


 
Les coups-de-poing

Un coup-de-poing - 
CD95-762-019 - S93-9038 Coup-de-poing en pierre
vers l'an 1
Site Lachane, fouillé en 1973
(GbTo-33-4160)
 

Selon les histoires vécues (adawk), les guerriers cachaient des pointes en pierre dans leurs poings et les utilisaient pendant les attaques par surprise contre leurs ennemis.


 
Les brise-canot

Un brise-canot - 
CD95-762-048 - S93-9094 Brise-canot
Recueilli par C. F. Newcombe, 1895-1900; haïda, îles de la Reine-Charlotte
(XII-B-281)
 

D'après les histoires vécues (adawk), on lançait de grosses roches sur les canots ennemis et on les récupérait - à l'aide d'une corde rattachée à la pierre dans laquelle on avait pratiqué un trou - afin de les réutiliser. Les canots en cèdre au fil droit se fendaient facilement si de grosses pierres les heurtaient avec force. L'ennemi pouvait lui aussi les relancer et provoquer un effet destructeur.


 
Les atlatls

Un atlatl - 
CD95-762-030 - S93-9060 Atlatl en bois d'if
Recueilli des Tlingits vers la fin du XVIIIe siècle
(VII-A-362)
 

Un atlatl (mot aztèque) est un propulseur qui sert à prolonger le bras et à accroître la force propulsive du javelot. De tels objets étaient utilisés partout en Amérique du Nord et du Sud avant l'introduction de l'arc. Ils ont été utilisés jusqu'à l'introduction du fusil, sur la côte ouest.

Haut

Crédits