Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéLa Grèce antiqueGrèce : Les secrets du passéLe film IMAXGrèce : Les secrets du passéSujets connexesGrèce : Les secrets du passéPour les enseignantsGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
IntroductionS'amuser en familleLiensCrédits
Les Mycéniens

Vers 2000 av. J.-C., des immigrants qui parlent grec arrivent dans l'Égée. Des restes de squelettes confirment qu'ils étaient grands et bien bâtis. Ces nouveaux venus se tournent d'abord vers la mer comme source alimentaire, puis découvrent que le sol sec et rocheux convient bien à la culture d'olives et de raisins. De toute évidence, il s'agit d'un peuple belliqueux gouverné par des militaires. Les Mycéniens ressemblent à bien des égards aux Vikings qui ravageront l'Europe quelque 25 siècles plus tard — pirates, voleurs et marchands qui se sédentarisent à un moment donné et se civilisent. Cette civilisation est connue sous le nom de mycénienne, d'après Mycènes, le site où Heinrich Schliemann a entrepris des fouilles après avoir découvert la cité légendaire de Troie.

Les Mycéniens établissent des relations commerciales avec les Minoens et ont un certain contact culturel avec eux. Le développement des villes mycéniennes, la production de marchandises et le perfectionnement des pratiques agricoles reflètent l'influence des Minoens. Contrairement aux villes minoennes, dont les fortifications, s'il y en a, sont minimes, celles des Mycéniens sont entourées de murailles colossales. Puisque les Mycéniens font de temps en temps des incursions en territoire hittite et égyptien pour en piller les villes, les fortifications imposantes de leurs villes sont sans doute considérées comme le prix à payer. Les thèmes représentés sur les artefacts mycéniens (scènes de guerre et de chasse) tranchent avec le contenu pastoral de l'art minoen. L'approche militariste des Mycéniens leur sert bien, leur apportant pouvoir et prospérité. Entre 1600 et 1200 av. J.-C., la culture mycénienne fleurit.

Leurs croyances religieuses semblent se rapprocher beaucoup de celles d'autres civilisations anciennes de la même époque, étant caractérisées notamment par le polythéisme et le syncrétisme. Autrement dit, les Mycéniens croient en plusieurs dieux (polythéisme) et sont prêts à ajouter des dieux étrangers à leur panthéon, même si ces derniers n'y ont pas vraiment leur place (syncrétisme). Quand ils arrivent dans l'Égée, ils ont probablement un panthéon organisé autour d'un dieu suprême, le dieu du ciel adoré par la plupart des peuples indo-européens. Ce dieu s'appelle Dyeus, qui veut dire Zeus en grec. Après être entrés en contact avec les Minoens et leurs déesses de la Terre, les Mycéniens intègrent ces dernières à leur panthéon, et sans doute Héra, Artémis et Aphrodite aussi.

Ce sont les Mycéniens qu'Homère immortalise dans ses deux épopées, l'Iliade et l'Odyssée . Cependant, on se demande souvent jusqu'à quel point ces récits sont véridiques, si on peut en croire une partie. Il est peu probable qu'on trouve une réponse complète à cette question dans un proche avenir, s'il est possible d'y répondre. Les mythes, l'histoire et l'archéologie — trois choses bien différentes — mais il y a des exemples où elles coïncident remarquablement, et d'autres où on n'arrive pas à les rapprocher, quoi qu'on fasse. Homère et ses aïeux ont nourri les légendes mycéniennes tout au long de leur parcours à travers le tunnel du haut Moyen Âge pour atteindre la lumière du monde grec qui est venu après. Combien en ont-ils laissé tomber ou rajouté en cours de route? Voilà une question qui donne lieu a bien des conjectures et des discussions. De toute évidence, certaines parties des légendes sont vraies et d'autres sont le produit de l'imagination. La distinction des deux est devenue une tâche qui traverse les siècles.

Masque en or battu trouvé dans le tombeau d'un roi mycénien
Masque en or battu trouvé dans le tombeau d'un roi mycénien
Copyright: Thomas Sakoulas, Ancient-Greece.org
Used by permission of Ancient-Greece.org © 2001-2006

Mais qu'est-il arrivé aux Mycéniens? Vers 1200 av. J.-C., alors que la civilisation mycénienne est à son apogée, elle s'effondre, semble-t-il. Certains croient qu'on ne saura jamais avec certitude ce qui s'est passé et pourquoi. Les théories abondent : leur passé, marqué par la violence militaire, les a rattrapés; une catastrophe naturelle dans la région, qui est en proie aux séismes et aux éruptions volcaniques; la possibilité d'une période de sécheresse et de famine suivie d'agitation civile. On a trouvé des indices de beaucoup de migration.