Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéLa Grèce antiqueGrèce : Les secrets du passéLe film IMAXGrèce : Les secrets du passéSujets connexesGrèce : Les secrets du passéPour les enseignantsGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
IntroductionS'amuser en familleLiensCrédits
L'âge d'or de la Grèce
Des piliers de forme féminine soutiennent le toit du porche de l'Érechthéion à Athènes
Des piliers de forme féminine soutiennent le toit du porche de l'Érechthéion à Athènes
Courtesy MacGillivray Freeman Films

L' âge d'or  de la Grèce dure à peine plus d'un siècle, mais il pose les fondements de la civilisation occidentale. Il commence par la victoire inattendue des Grecs sur une vaste armée perse dont les effectifs sont de loin plus nombreux et se termine par une longue guerre sans gloire entre Athènes et Sparte. Cette époque est également appelée « l'âge de Périclès », l'homme d'État athénien qui a géré les affaires d'Athènes quand elle était à son apogée.

Au cours de cette période, il y a des progrès importants dans plusieurs domaines, y compris le gouvernement, l'art, la philosophie, le théâtre et la littérature. Certains des Grecs les plus connus de nos jours ont vécu à cette époque passionnante et productive. De nombreux humanistes qualifient cette dernière de « miracle grec » parce qu'elle a été marquée par de grandes réalisations à différents niveaux. Même ceux qui ne croient pas aux miracles admettront qu'il est possible que les Grecs, toujours compétitifs, aient été poussés à innover de plus en plus dans leur domaine en voyant d'autres reculer les limites dans de nombreux autres domaines.

Rien de cela n'aurait été possible sans un milieu favorable, et à l'époque Athènes est « en pleine forme ». Ses citoyens débordent de confiance, ont plein d'énergie et d'enthousiasme, et sont tout à fait convaincus que leur ville offre ce qu'une combinaison de Londres, Paris et New York offrirait peut-être aujourd'hui.

La victoire militaire sur les Perses, dont la direction athénienne est largement responsable, prépare le terrain. Le transfert du pouvoir joue également un rôle important, le gouvernement passant des mains hésitantes de l'élite aristocratique à celles du peuple. Plus que jamais, plus de gens ont l'impression que leurs opinions sont importantes.
Le théâtre de Délos, où un chuchotement au centre de la scène s'entend facilement de la dernière rangée
Le théâtre de Délos, où un chuchotement au centre de la scène s'entend facilement de la dernière rangée
Courtesy MacGillivray Freeman Films

Le théâtre figure parmi les plus grandes inventions des Grecs de l'Antiquité. Il tire son origine des rituels religieux, et on constate vite qu'il s'agit d'une création populaire qui durera. Eschyle, Sophocle et Euripide, entre autres, écrivent et mettent en scène des tragédies grecques, qui ont pour sujet des évènements historiques et mythologiques. (Nombreux sont ceux qui croient que seul Shakespeare mérite de figurer parmi eux.) Tous innovateurs, ils remportent de nombreux prix et sont applaudis par la critique.

Pindare, poète lyrique, ouvre la voie et devient célèbre de son vivant pour ses odes triomphales dédiées aux vainqueurs des jeux athlétiques. Ceux qui écrivent en prose connaissent également beaucoup de succès. Considéré comme le père de l'histoire, Hérodote écrit plusieurs livres éclairants sur les guerres perses (et encore aujourd'hui on consulte souvent ses ouvrages sur l'Égypte ancienne). Thucydide, un autre historien de la guerre, est encore admiré pour ses écrits lucides et évocateurs. Selon certains, seul Platon, dont la plupart des écrits sont connus, a écrit en prose aussi poétique que celle de la Bible.

L'âge d'or de la Grèce nous donne également Socrate, qui dirige la philosophie vers la morale, la logique et l'éthique. Sa vie et la façon dont il meurt ont une profonde influence sur d'autres grands noms de la même époque, notamment Platon, Aristophane et Xénophon.

Le médecin Hippocrate, le sculpteur Phidias, les architectes du Parthénon — tous contribuent à une époque qui mérite vraiment d'être qualifiée d'« âge d'or ».

Qu'est-ce qui a mis fin à cet âge d'or? La longue guerre meurtrière entre Athènes et Sparte, qui avaient des valeurs et des aspirations incompatibles? Des mésaventures militaires? Des rêves impérialistes? La meilleure réponse réside peut-être dans ce que les Grecs appellent hubris (morgue). Peut-être Athènes a-t-elle dépassé les bornes et fermé l'oreille à la double admonition de Delphes : connais-toi toi-même et la modération en toutes choses. Ou peut-être, comme Icare, elle a essayé de voler trop près du soleil.