Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéLa Grèce antiqueGrèce : Les secrets du passéLe film IMAXGrèce : Les secrets du passéSujets connexesGrèce : Les secrets du passéPour les enseignantsGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
IntroductionS'amuser en familleLiensCrédits
Faits saillants

Théra/Santorin

  • En 1646 av. J.-C., une immense éruption volcanique frappe l' île de Théra (actuellement Santorin), dans les Cyclades. Cent fois plus forte que l'éruption qui détruira plus tard Pompéi, l'explosion fait sauter l'intérieur de l'île, transformant à jamais la topographie.
  • L'éruption volcanique qui frappe Théra est l'équivalent explosif de 40 bombes atomiques comme celle qui a été larguée sur Hiroshima. On entend l'explosion dans des pays aussi lointains que la Suède.
  • L'éruption ensevelit Akrotiri, une ville de l'âge du bronze, sous une épaisse couche de cendres et de pierres ponces, formant un genre de capsule témoin qu'on n'ouvrira que quelque 35 siècles plus tard.
  • On estime à 30 000 habitants la population de la ville d'Akrotiri, mais aucun reste humain n'y a été trouvé, et on effectue des fouilles depuis 30 ans. On ne sait pas si les habitants ont eu assez de temps pour quitter l'île (s'ils avaient assez de bateaux pour le faire) ni si certains sont ensevelis dans la capsule témoin.
  • Certains historiens croient que Santorin pourrait être la source de la légende de l'Atlantide que Platon nous a transmise. Pour appuyer cette théorie curieuse et controversée, on cite l'endroit où l'île se trouve, la forme de cette dernière et la possibilité qu'un tsunami dévastateur ait suivi l'éruption.
  • Comme c'est souvent le cas de sites importants du patrimoine, Akrotiri est redécouverte par accident. Des ouvriers qui extraient la ponce pour la production de ciment qui sera utilisé dans la construction du canal de Suez découvrent les murs anciens de la ville ensevelie.
  • Le nom Santorin est relativement récent, donné à l'île par les Vénitiens en l'honneur de Sainte Irène vers 1500 apr. J.-C. Dans l'Antiquité, l'île est appelée Strongylê (la ronde) ou Kallistê (la plus belle).
  • Akrotiri est renommée pour ses belles peintures murales. Quelques artefacts en or, en argent et en bronze ont été trouvés sur le site, mais les peintures représentent un trésor bien plus précieux. Malheureusement, les tremblements de terre et les éruptions volcaniques ont endommagé les peintures, qui se trouvent en morceaux. Depuis des décennies, on les rassemble minutieusement et soigneusement pour raconter une partie de l'histoire de cette civilisation prospère de l'âge du bronze.

Le Parthénon

  • La construction du Parthénon prend environ 15 ans. Elle débute en 447 av. J.-C., et les dernières sculptures sont achevées en 432 av. J.-C.
  • Ictinos est le principal architecte, et Callicratès, le maître d'œuvre. Tous les deux travaillent en étroite collaboration avec le plus grand sculpteur grec de l'époque, Phidias, qui créera plus tard une des Sept Merveilles du monde antique.
  • Le temple contenait environ 13 400 blocs de marbre pentélique. Même le toit était en marbre.
  • Aucun autre édifice, d'aucun pays, à aucune époque, n'a reçu tant d'éloges de la part des architectes et des savants, qui, en général, le considèrent comme « parfait ». Même dans l'Antiquité, le Parthénon était reconnu comme étant le fin du fin de l'architecture.
  • On est habitué à voir des sculptures grecques que le temps et le soleil ont blanchies. Cependant, toutes les sculptures du Parthénon étaient à l'origine peintes en rouge, bleu, ocre ou or.
  • Le Parthénon est haut de 20 m et long de 71 m. (Dans l'architecture grecque, la hauteur des colonnes dépend de leur largeur.) Il comporte 46 colonnes doriques, 17 sur chaque côté et 8 sur chaque façade.
  • Le mot Parthénon signifie « salle des vierges », et l'édifice a été construit pour servir de temple à la déesse Athéna. La statue qu'il abritait, en or et en ivoire, a coûté plus que le temple.
  • La frise du Parthénon est la première frise d'un temple grec sur laquelle on voit des personnes ordinaires.
  • Les temples grecs étaient conçus pour être admirés de l'extérieur. Les sacrifices à la divinité avaient lieu à l'extérieur de l'édifice. Le temple n'était pas comme une église ou une mosquée, où les activités religieuses importantes ont lieu à l'intérieur. Les Athéniens pouvaient entrevoir la sculpture magnifique et le miroir d'eau uniquement quand les portes étaient ouvertes et, peut-être, les jours de fête.