Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéLa Grèce antiqueGrèce : Les secrets du passéLe film IMAXGrèce : Les secrets du passéSujets connexesGrèce : Les secrets du passéPour les enseignantsGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
IntroductionS'amuser en familleLiensCrédits
La technologie IMAX

En 1970, à la foire internationale d'Osaka, au Japon, une technologie de conception canadienne – IMAX – fait son entrée dans le monde. Présentant une image dix fois plus grande que les dimensions de la photographie traditionnelle 35mm, IMAX s'avère un succès instantané. (Le mot « IMAX » provient de l'expression « maximum image ».) Pendant près de quatre décennies, IMAX a transporté ses auditoires depuis les profondeurs béantes des océans jusqu'à l'infini de té l'Amazone, grimpé jusqu'aux sommets de l'Everest et du Kilimandjaro et exploré les pyramides anciennes des Égyptiens et des Mayas. Ils ont accompagné Harry Potter, Jane Goodall, Michael Jordan, Spiderman et Ernest Hemingway. Ils ont affronté lions et tigres, crocodiles et requins, connu la désolation et la dévastation et survécu à des ouragans, à des tornades, à des vents violents, à des tempêtes de sable et à des courants d'eaux blanches. L'exclamation d'un astronaute américain, « It's the next best thing to being there  » (la meilleure façon d'y être sans y aller), utilisée comme slogan dans l'industrie du film grand format, évoque l'aventure et l'exaltation que font vivre la plupart de ces films.

Les créateurs d'IMAX, tous des Canadiens, rêvaient de mettre au point une technologie entièrement intégrée – salles de cinéma, caméras, projecteurs, systèmes de son – qui permettrait une expérience d'immersion totale où les spectateurs deviendraient des participants indirects. La clé de ce système était un immense écran où une image pure en remplirait chaque pouce carré. En fait, au fil des années, deux types d'écrans ont évolué. Le premier, l'écran plat IMAX, est de six à sept étages de haut et est aussi large que la salle de cinéma elle-même. Cet écran peut se comparer à un bateau en verre à fond plat à travers lequel on apercevrait le monde sous-marin. Le second, d'abord appelé OMNIMAX, puis Dôme IMAX, ressemble à la moitié supérieure d'une gigantesque balle de tennis mesurant 24 mètres (77 pieds) de diamètre. L'auditoire s'assoit à l'intérieur du dôme et regarde l'imagerie projetée sur la surface intérieure. On pourrait comparer l'expérience à ce que vit un plongeur lorsqu'il voit le monde sous-marin tout autour de lui.

Chacun des formats d'écran a son propre public. Les amateurs du dôme apprécient l'impression d'être au cœur des scènes qui se déroulent, même si l'image n'est pas aussi précise que celle sur un écran plat. Ceux qui préfèrent l'écran plat admirent la finesse de l'image et la résolution du film que seul cet écran peut offrir. Au cours des dernières années, les cinémas IMAX 3D sont devenus le secteur du marché de l'écran géant qui a crû le plus rapidement, bien que le répertoire des productions 3D ne soit pas encore aussi étendu que plusieurs le souhaiteraient.

Dans les projecteurs de film traditionnels, le celluloïd défile verticalement – des griffes s'engagent dans les encoches du film et tirent les cadres d'image verticalement vers les lentilles de projection. Dans la technologie IMAX, un système fait défiler horizontalement le cadre du film, suivant un mouvement ondulant, devant une source de lumière assez puissante pour atteindre un point aussi éloigné que la lune. Trois cadres de film 70mm (chacun muni de cinq encoches) fusionnent en un cadre de film IMAX qui comporte 15 encoches, ou perforations d'entraînement (d'où l'appellation du format de 15 perf 70). Lorsqu'elle est projetée, l'image est étonnamment claire et pure, donnant l'impression aux spectateurs d'être pratiquement dans l'action.

Puisque le cadre du film IMAX est grand et qu'il en faut au moins 24 pour projeter une seconde d'images, il n'est pas surprenant que la caméra IMAX soit énorme et lourde – environ 38 kilos (84 livres). Le magasin habituellement utilisé ne peut contenir que le nombre de cadres que requièrent trois minutes de tournage. Si un cinéaste veut tourner, à bord d'un hélicoptère, une vue aérienne du fond de la jungle (p. ex. Le mystère des Mayas), il se peut qu'il prenne plusieurs heures pour filmer seulement une minute d'images. Depuis les dernières années, des progrès considérables ont été réalisés dans l'art de la cinématographie aérienne et dans l'utilisation de caméras plus petites et plus légères pour tourner des séquences de film. En outre, la plupart des productions IMAX tirent avantage des innovations apportées en animation par ordinateur, ce qui leur permet de se mesurer aux meilleurs films hollywoodiens.