Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéLa Grèce antiqueGrèce : Les secrets du passéLe film IMAXGrèce : Les secrets du passéSujets connexesGrèce : Les secrets du passéPour les enseignantsGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
IntroductionS'amuser en familleLiensCrédits
Retour
Les activités

Ode à un athlète

Le mot ode, comme bien d’autres mots de la langue française, vient du grec (du mot ôdê, qui signifie chant). Selon Le Petit Robert, l’ode est un poème lyrique d’inspiration généralement élevée. Le mot lyrique est un dérivé d’un autre mot grec — lurikos — un poème destiné à être chanté et accompagné par la lyre, un instrument à cordes dont jouaient les Grecs. Selon la tradition grecque, le dieu Hermès a inventé la lyre, mais les Égyptiens et les Sumériens ont utilisé cet instrument bien longtemps avant les Grecs.

Trois poètes français ont écrit des odes que vous connaissez peut-être. Si non, vous rencontrerez sans doute ces poètes au cours de vos études littéraires.

Pierre de Ronsard, poète du XVIe siècle qui imitait Pindare, a écrit plusieurs odes à Cassandre. En voici un extrait (I, 17) :

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu, cette vêprée,
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.

Au XIXe siècle, Alphonse de Lamartine a écrit Le Lac, une ode qui célèbre un grand amour. Même si vous n’avez jamais lu le poème, vous avez peut-être entendu les mots suivants :

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé

Victor Hugo admirait Lamartine et lui a dédié une ode qui fait allusion à l’Antiquité grecque :

Où donc est leur Olympe? où donc est leur Parnasse?
Quel est leur Dieu qui nous menace?
A-t-il le char de Mars? A-t-il l'arc d'Apollon?
S'ils veulent emboucher le clairon de Pindare,
N'ont-ils pas Hiéron, la fille de Tyndare,
Castor, Pollux, l'Elide et les Jeux des vieux temps;

Pindare était le plus célèbre poète lyrique de la Grèce antique. Alexandre le Grand l’admirait tellement que quand il a rasé Thèbes, détruisant la ville complètement, il a épargné la maison de Pindare, qui était mort plus d’un siècle auparavant. Pindare a écrit, contre rémunération, de nombreuses odes en l’honneur des vainqueurs des Jeux olympiques, pythiques, isthmiques et néméens. Sa renommée s’est étendue bien au-delà de la Grèce antique. De nombreuses odes ont été dédiées à des champions olympiques.

Devoir : Écrivez une ode à un athlète. À l’époque de Pindare, l’athlète lui-même ou un de ses admirateurs aurait rémunéré le poète. Ce qu’il faut faire, c’est faire l’éloge de l’athlète, louer un exploit sportif, acclamer l’athlète dans un poème. Faites des compliments, admirez sans mesure, préparez un accueil digne d’un héros. C’est le moment d’être flatteur, d’employer de belles paroles. Suggestions : Michael Jordan, Wayne Gretzsky, Tiger Woods, Jamie Salé, David Pelletier, Sylvie Bernier, Gaétan Boucher, Nadia Comaneci, Silken Laumann, Nancy Green, Mohammed Ali, Jesse Owens.