Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéLa Grèce antiqueGrèce : Les secrets du passéLe film IMAXGrèce : Les secrets du passéSujets connexesGrèce : Les secrets du passéPour les enseignantsGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
IntroductionS'amuser en familleLiensCrédits
Retour
Les activités

L’archéologie des ordures

L’archéologie des ordures est une activité que bien des enseignants offrent en classe. Un moyen facile et intéressant de se renseigner sur les gens, il s’agit d’analyser le contenu des poubelles. Des dizaines de sites Web ont des projets sur ce sujet. En voici quatre qui vous permettront de découvrir cette activité populaire et enrichissante. Tous ces sites sont en anglais.

http://www.iupui.edu/~anthpm/330trash.html
http://www.tpt.org/newtons/11/archeogy.html
http://research.history.org/Archaeological_Research/KidsPage/TrashCan.cfm

Puisque certains de ces projets ont été conçus pour les étudiants universitaires, ils exigent des méthodes rigoureuses pour déterminer ce qui sera ramassé et la façon dont les ordures seront analysées. Ils peuvent entraîner la collecte de choses pas mal « dégoûtantes », y compris des articles dangereux (p. ex. du verre cassé, des pilules, des aliments qui pourrissent). Dans le cadre de notre projet, nous voulons éviter tout ce qui puisse présenter un danger pour les enseignants ou les élèves. De plus, nous voulons avoir l’option de laisser les poubelles dans la salle de classe plusieurs jours, si nécessaire.

Objectifs

  • Apprendre à se renseigner sur les gens en analysant le contenu des poubelles. Selon un pionnier de l’archéologie moderne, ce sont les choses ordinaires d’autrefois qui nous permettent le mieux de comprendre le passé, et ce, bien plus que les objets rares et uniques de valeur qui sont habituellement bien mieux protégés. Et, tôt ou tard, on finit par jeter de nombreux objets courants. Les dépotoirs ou amas ont dévoilé de nombreux secrets anciens. L’archéologie implique souvent l’étude des ordures.
  • Au cours de ce processus de découverte, les élèves s’exerceront à classer les choses par catégories, et auront à aborder et à régler des problèmes en équipes. Ils reconnaîtront également les limitations inhérentes au processus; les ordures ne contiendront pas toutes les réponses.

Recommandations concernant la collecte des ordures

  1. Le contenu de la « poubelle » sera déterminé par ou sous la direction de l’enseignant. On pourrait distribuer aux élèves une liste d’articles désirés et leur demander d’apporter ces articles, ainsi que d’autres objets appropriés, et de les déposer dans la zone de collection qui aura été préalablement définie.
  2. Il faut bien rincer les contenants d’aliments humides (p. ex. pots de yogourt et d’aliments pour bébés, boîtes de haricots ou de sardines), tout en évitant les bords tranchants pour ne pas se couper. Plus tard, lors de la discussion en classe, mentionnez le fait que l’information que livrera le contenant pourrait dépendre de la façon dont les aliments ont été enlevés, surtout si les étiquettes sont déchirées ou absentes. Les archéologues trouvent souvent des restes d’orge, d’olives, d’aliments secs, etc. dans des récipients en céramique, et cela peut fournir de l’information sur les pratiques agricoles, les méthodes de conservation, le commerce, etc.
  3. L’enseignant doit s’assurer que la zone de collection ne contient pas d’articles dangereux ou malsains (p. ex. mouchoirs sales, soie dentaire, médicaments) ni d’articles qui puissent favoriser la croissance de bactéries ou la formation de moisissures. Le port de gants transparents jetables (le genre utilisé pour faire de la peinture) est conseillé lors de la manipulation des ordures par les élèves.
  4. Voici une liste d’articles qui ont été ramassés pour un exercice semblable : contenant de mets chinois à emporter; talons de billets de cinéma, d’un match de hockey et d’un concert des Rolling Stones; raquette de tennis brisée; pot de fleurs brisé; boîte à lait vide; pochette d’allumettes vide; papier de gomme à bulles; chaussure de sport; canettes de boisson gazeuse vides; boîte à frites; vieilles revues; emballage de hot-dogs; échasse sauteuse; pot de yogourt; sac à croustilles vide; capsule de bouteille de bière; papier de tablette de chocolat; stylo à bille sans encre; bouchon de bouteille de champagne; mégot de cigarette; carte d’affaires; boîte de thon vide; tasse de café de Tim Hortons; rasoir électrique; trombones; pile; morceau de fil; carte postale; boîte à pizza; écrous, boulons, vis et attaches; capuchon de stylo; paquet de cigarettes vide; sachet d’édulcorant; petits morceaux de moulure; élastiques; contenant de solution pour lentilles de contact vide; bande magnétique à 8 pistes; calendrier; vieux film; jouet en plastique brisé; journal; morceau de fil électrique; cintre en métal; vieux ruban de machine à écrire; disquette; bâtonnet pour remuer le café; feuillets publicitaires; sachet de ketchup; paille en plastique; morceau de LEGO; vieille plaque d’immatriculation; écran solaire périmé; lacet de chaussure; boîte à céréales; bombe à déodorant aérosol; enveloppe timbrée; contenant de piment de la Jamaïque; mitaine; ballon d’anniversaire dégonflé; petites pièces d’ordinateur; rondelle; disque 78 tours égratigné; bougie d’anniversaire; carte de Noël; contenant de jus d’orange congelé; boîte de pois vide; boîte à jus; vidéocassette de format Beta; gomme à effacer; morceau de craie; rouleau de scotch vide; crayon de golfe; té de golfe brisé; lime émeri; bouteille d’eau vide. Cette liste peut vous donner des idées quant aux ordures qui peuvent être ramassées.

Méthode

  1. Divisez la classe en petits groupes de 5 ou 6 élèves. Aujourd’hui, les archéologues travaillent normalement en équipes. Plusieurs experts participent aux grandes fouilles : arpenteurs, photographes, dessinateurs, cuisiniers, gardiens, fouilleurs, conservateurs, experts dans l’analyse des sols, du pollen, des graines, des os (dont certains peuvent être sur le site souvent ou consultés lorsque nécessaire), des inscriptions, etc., selon la complexité, la nature et l’emplacement du site, et le délai d’exécution des fouilles. En travaillant en équipes, les élèves auront une meilleure idée de ce genre de collaboration. Il est à noter que les fouilles détruisent les sites à jamais.
  2. L’enseignant devrait mettre les ordures dans plusieurs contenants. Les bacs de recyclage offrent une possibilité, selon la taille et le volume des articles ramassés. Il peut être également possible de diviser les ordures selon des thèmes, par exemple, matériel qui reste après une fête d’anniversaire. (Cependant, les ordures ramassées au hasard peuvent être difficiles à organiser.)
  3. Pour commencer, demandez aux élèves de classer les ordures. L’objectif est d’essayer de mettre de l’ordre dans ce qui peut sembler être une vraie pagaille. La façon dont les élèves organisent les ordures est moins importante que le fait de réfléchir pour « mettre de l’ordre dans le désordre ». Certains articles peuvent être logiquement rangés par catégories : choses utilisées dans la conservation et la distribution des aliments, choses associées aux activités de loisirs, choses en plastique, choses conçues pour être jetées, etc. Il va sans dire que certaines choses peuvent être classées dans plus d’une catégorie.
  4. Vient ensuite le cœur de l’exercice. Les élèves doivent d’abord observer attentivement les objets (notant soigneusement leurs observations) puis noter leurs déductions. Les élèves et les adultes ont généralement du mal à observer avant de déduire. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit de deux étapes distinctes.
  5. Chaque groupe présentera ensuite ses conclusions à la classe. Le groupe devrait pouvoir expliquer comment les décisions prises au niveau du classement l’ont conduit à des observations et à des déductions plus astucieuses.
  6. Quand tous les groupes auront fait leurs présentations, tenez une discussion en classe pour déterminer si les présentations d’autres groupes auraient pu influencer les conclusions des diverses équipes, et de quelle façon, étant donné que les équipes auraient eu des données complètes, plutôt que des données partielles.

Matière à réflexion

  • Les ordures ménagères fournissent-elles une quantité raisonnable de données ?
  • Compte tenu de leurs ordures, quel genre de vie ces gens mènent-ils?
  • Combien de personnes semblent être représentées par ces ordures?
  • Quel âge ont-elles?
  • Quel est le sexe de la majorité d’entre elles?
  • Quels articles sont utilisés par quels membres de cette société?
  • Jusqu’à quel point leur culture est-elle évoluée par rapport à celle de la Grèce antique, par exemple?
  • Quelles conclusions solides pouvons-nous tirer?
  • Que nous faut-il pour pouvoir tirer des conclusions plus solides?
  • Quels articles pourraient manquer dans les ordures? Pourquoi?
  • Quelles conclusions erronées pourrait-on tirer de ces ordures?

Ressources

Il existe plusieurs livres populaires sur l’archéologie. En voici trois :
Le petit livre de l’archéologie,  Bernadette Schnitzler, Serge Bloch et Bob Barborini, Musées de Strasbourg, 2005.
Atlas de l’archéologie, Tim Taylor et Mick Aston, Gallimard, 1999.
L’archéologie gréco-romaine, René Ginouves, Que sais-je? Presses universitaires de France, 1997.

Cette activité est basée sur le guide de l’enseignant que l’on trouve sur www.greecefilm.com.