Le monde du jaguar


Insignes royaux

Gouverner n'était pas une tâche facile. Le roi avait de nombreuses responsabilités : exercer l'autorité sur son domaine; organiser les offensives militaires pour agrandir son territoire et défendre son territoire contre les menaces des États voisins; démontrer la légitimité de son droit à gouverner tout en se méfiant de rivaux au sein de la noblesse risquant de s'opposer à lui. Il devait négocier des alliances commerciales, veiller aux affaires de l'État et entreprendre des travaux d'urbanisme et d'architecture. Un de ses rôles principaux consistait à intercéder auprès du monde des esprits, apportant l'énergie divine dans le monde matériel pour guider son peuple et assurer la réussite des entreprises de chacun.

Les rois et les nobles mayas prenaient part à des cérémonies publiques sur les plates-formes des pyramides et des temples. Leurs vêtements raffinés les identifiaient comme étant ceux qui étaient dotés de pouvoirs spéciaux pour intercéder auprès des dieux. Le roi était considéré comme l'incarnation vivante d'un dieu possédant la sagesse nécessaire pour guider le peuple. Par des jeûnes et des rites comportant des saignées, les rois mayas et d'autres membres de l'élite entraient en transe et se rendaient dans le monde des esprits afin de rapporter l'énergie divine dans le monde matériel.

Les rois et les nobles portaient des coiffures complexes et des bijoux témoignant leur rang social.

Les insignes royaux, décorés de façon complexe, étaient dotés d'une signification symbolique et spirituelle. Les membres de l'élite se servaient des plumes de l'oiseau sacré, le quetzal, d'ornements de jade, de peaux de jaguar, de coquilles et de silex pour afficher leur position élevée dans le royaume maya. Certaines coiffes, par exemple, étaient faites de feuilles de maïs, associées au dieu du Maïs; la coiffure et le long nez incliné de la tête en stuc de Pacal, trouvée sous son sarcophage, imitent les traits classiques du dieu de Maïs. D'autres coiffes avaient la forme d'un arbre symbolisant le Grand Arbre (le mât centrale qui soutient le ciel et joigne le Monde inférieur, le Monde intermédiaire et le Monde supérieur); d'autres comportaient une image d'oiseau associé à l'Oiseau céleste, Sept-Ara, qui figure dans le récit de la création, ou furent confectionnées avec les longues et brillantes plumes vertes du quetzal symbolique de Sept-Ara.

    (à gauche) Sur un détail du linteau en pierre 26 dans le temple 23 à Yaxchilán, on voit «Bouclier-Jaguar», grand roi de Yaxchilán (681-742 apr. J.-C.) qui se pare de sa tenue de combat avec l'aide de son épouse, dame Xoc, qui tient son casque de jaguar. On livrait bataille pour prendre des prisonniers qui étaient ensuite sacrifiés lors des rites dédicatoires du temple.
    (au centre) Une scène semblable, dans laquelle dame Xoc est en train de remettre un casque de jaguar à «Bouclier-Jaguar», a été reconstituée pour le film IMAX. Ce genre de cérémonie pouvait également marquer un mariage ou une alliance politique.
    (à droite) Le casque de jaguar (reconstitution).