accueil
Contexte international Le service postal du Nord et les vols de brousse

Au fur et à mesure que l'aviation se développe, les gens découvrent peu à peu les possibilités qu'offre ce nouveau moyen de transport. C'est le plus efficace et le plus rapide pour accéder aux territoires vierges du pays, où on ne pouvait auparavant se rendre qu'en canot l'été et en traîneau à chiens l'hiver.

Une lettre envoyée au maître général des Postes après l'interruption du service en hiver témoigne de l'importance du courrier pour ceux qui sont coupés du reste du monde. La lettre, écrite en 1932 par le père Saindon de Moosonee à la baie James, raconte : « Mes missionnaires sont bien isolés. Le courrier leur apportait un grand réconfort, surtout aux approches des fêtes de Noël et du Jour de l'An. Cette année ils seront sevrés de cette consolation et cette pensée me torture. Beaucoup n'auront aucune lettre avant la première semaine de juillet. »

L'impact de la poste aérienne, dans des régions inaccessibles durant l'hiver, est unique. Tout arrive par les airs. Un pilote de la Canadian Airways note dans son carnet de vol le contenu des cargaisons qu'il transporte dans le nord de la Saskatchewan « une pleine cargaison de courrier et plusieurs caisses de tord-boyaux »; « du courrier et plusieurs caisses de bagosse »; « du courrier, des livraisons express de marchandises et du tonique »; « du courrier et de l'alcool »; « du courrier et encore du caribou ».

Ces témoignages prouvent l'importance que prend le service postal aérien pour les gens qui n'ont aucune autre façon de communiquer.



Page suivante

Les débuts
L'UPU
L'aventure
La chronologie
Contexte canadien
Les débuts
Les vols semi-officiels
La route
La brousse
Suivez le guide
Jeu

Crédits
Musée canadien de la poste