accueil
Contexte international Vols en hiver

Fret et traîneau à chiens près d'un Fairchild FC-2W-2.
Fret et traîneau à chiens près d'un Fairchild FC-2W-2. On transporte les sacs de l'avion au bureau de poste en traîneau à chiens.
Gracieuseté du Musée national de l'aviation, 2706


Imaginez qu'en 1930, certaines régions du nord du pays n'ont que le traîneau à chiens pour communiquer avec le reste du monde. La poste aérienne révolutionne leur vie. L'avion apporte à Fort Providence, Fort Good Hope et Aklavik tout ce dont la population a besoin : lettres, colis, journaux, fruits, légumes, outils, dynamite, médecin, médicaments, etc. Ce service inestimable devient alors essentiel.

On surélève les skis d'un avion pour la nuit.
On surélève les skis d'un avion pour la nuit afin d'empêcher qu'ils prennent dans la neige. On évite ainsi d'avoir à les dégager à la hache.
Gracieuseté du Musée national de l'aviation, collection Graham


Pour les facteurs volants, dont Stanley Ransom McMillan et Maxwell William Ward l'hiver présente une foule de problèmes. Le pilote doit apprendre à maîtriser les dangers dus au froid, au blizzard et aux fluctuations de température d'un endroit à l'autre. Il doit, entre autres, utiliser des pistes d'atterrissage de fortune balayées par les vents et pouvoir dégager des skis enfoncés dans une bouillie d'eau et de glace.



Page suivante Page précédente

Les débuts
L'UPU
L'aventure
La chronologie
Contexte canadien
Les débuts
Les vols semi-officiels
La route
La brousse
Suivez le guide
Jeu

Crédits
Musée canadien de la poste