accueil
Contexte international Vols en hiver - Suite

Le ministère des Postes décide d'introduire un service postal saisonnier d'hiver pour permettre aux communautés isolées d'être en contact avec la population du sud du pays.

La poste aérienne est souvent le seul moyen de communication de ces régions éloignées.

Jusqu'à la venue des avions, certaines régions telles que l'île d'Anticosti et les îles de la Madeleine demeurent complètement isolées durant l'hiver. Elles peuvent uniquement bénéficier de la visite occasionnelle d'un brise-glace.

Entre Leamington et l'île Pelée en Ontario

L'hiver, le transport des dépêches à l'île Pelée est toujours difficile. Il s'effectue par bateau muni de patins pour lui permettre de naviguer dans l'eau et sur la glace fondante. Le pilote est toujours accompagné de deux ou trois auxiliaires, et ils doivent souvent débarquer pour pousser le bateau à travers les embâcles. C'est donc un moyen très dangereux.

Malgré le court trajet, il faut au conducteur et à ses auxiliaires environ une demi-journée pour l'accomplir. En raison de la difficulté de cette méthode, on décide d'interrompre le transport des colis durant l'hiver. Le ministère accorde un contrat à la London Air Transport Limited. Son service est si essentiel qu'elle doit faire quatre voyages, aller-retour, par semaine, avec des avions Waco, pour transporter tout le courrier.



Page précédente

Les débuts
L'UPU
L'aventure
La chronologie
Contexte canadien
Les débuts
Les vols semi-officiels
La route
La brousse
Suivez le guide
Jeu

Crédits
Musée canadien de la poste