accueil
Contexte international Jeu

Être pilote de brousse signifie beaucoup plus que livrer le courrier à des avant-postes, à des camps miniers et à des villages isolés. Cela veut dire assurer le transporte d'approvisionnement dans des endroits qui ne sont accessibles que par air, à pied ou par eau. Cela veut dire être le seul lien avec le monde extérieur pour bien des gens qui résident dans ces endroits. Auriez-vous pu être pilote de brousse? Placez-vous dans les situations suivantes et voyez si vous avez ce qu'il faut...

En décembre 1928, une épidémie de diphtérie éclate à Little Red River, un avant-poste de la Compagnie de la Baie d'Hudson, situé à environ 675 kilomètres au nord d'Edmonton, en Alberta. À cette époque, il n'existe pas de système régulier de transport ou de communication et, parce que c'est l'hiver, il faut près de deux semaines pour que parvienne à Edmonton le message demandant de l'aide.

Lorsque, à la fin de décembre, le message finit par atteindre Edmonton, on demande des volontaires pour transporter en avion les médicaments nécessaires jusqu'à Fort Vermilion, un petit établissement à 80 kilomètres à l'ouest de Little Red River, où une équipe doit compléter le voyage en traîneau à chiens. Seuls Wilfrid R. (Wop) May et Vic Horner acceptent d'y aller. Pendant deux jours, ces deux aviateurs risquent leur vie, en assurant le dangereux vol d'Edmonton à Fort Vermilion. Ils arrivent, gelés et fatigués, le 3 janvier et livrent avec succès l'antitoxine à l'équipe en traîneau qui attend.



Page suivante

Les débuts
L'UPU
L'aventure
La chronologie
Contexte canadien
Les débuts
Les vols semi-officiels
La route
La brousse
Suivez le guide
Jeu

Crédits
Musée canadien de la poste