Citoyennes
Portraits de femmes canadiennes de descendance africaine
  CITOYENNES...
  LE MOT DE
LA CONSERVATRICE
  L'ŒIL DE
LA PHOTOGRAPHE
  TÉMOIGNAGE
  RESSOURCES-CRÉDITS
Citoyennes

Citoyennes

AÏDA KAOUK
Conservatrice

Mes  héroïnes  sont des Canadiennes  ordinaires , des gens comme vous et moi, qui ont accepté de se prêter au jeu que je leur ai proposé : partager leurs récits, leurs parcours et leur univers, se faire filmer et photographier, et me permettre de composer un patchwork avec ces  fragments  de vie révélés par des mots, des objets et des photos.

Avec chaleur et simplicité, elles nous reçoivent chez elles. Elles nous disent leurs richesses culturelles et leur histoire, l'héritage qu'elles veulent transmettre, leur volonté de  faire leur part ,  d'agir et de construire ensemble . Les organisations qu'elles ont fondées, comme Solidarité femmes africaines et les Mamies immigrantes, témoignent de leur engagement social et de leur créativité.

Toutes les femmes ont généreusement accepté de nous révéler une facette d'elles-mêmes et de leur univers. L'oil de la photographe nous en livre un témoignage éloquent.

Nées au sein de sociétés africaines et, pour certaines, en Europe, les femmes réunies ici ont quitté leur pays natal pour s'établir au Canada, au terme d'un parcours souvent jalonné d'autres séjours dans des pays africains et/ou européens. Elles présentent, comme tant d'autres Canadiennes et Canadiens de différentes origines, un profil identitaire traversé par une grande diversité de langues, d'ethnies, de religions et de cultures.

Chacune, quelle soit jeune ou d'âge mûr, a un parcours et un profil qui lui sont propres.

Elles sont nées au Rwanda, au Cameroun, en France, en Roumanie, au Congo, en Afrique du Sud et au Bénin, certaines de mère européenne. Elles se disent canadiennes et africaines, s'identifiant, d'ailleurs, beaucoup plus à l'Afrique qu'à leur pays natal. Ne les appelle-t-on pas Africaines en terre d'immigration ? Toutes vivent aujourd'hui à Montréal.

Chacune à sa façon, elles nous rappellent que ce qui compte, c'est l'ouverture, l'espace pour la rencontre et la création, et non l'appartenance à un territoire.



Ada Kaouk
ADA KAOUK
1946-2006