La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
Les Origines: 1914-1929 Les Origines 1914-1929 L’ÉVOLUTION  DE LA QUESTION DURANT LA CRISE ÉCONOMIQUE, 1930-1939



Le financement des soins de santé

Mais comment financera-t-on ces services ? Traditionnellement, c’était un produit qu’on obtenait en payant le praticien au moment de sa visite. Cependant, puisque beaucoup de travailleurs sont pauvres, les municipalités subventionnent les hôpitaux locaux; les Églises et les organismes de charité encouragent les médecins à offrir leurs services gratuitement aux pauvres. Pour compenser la perte d’honoraires, la plupart des médecins adaptent leurs tarifs à la situation financière de leurs patients. Les gens de la classe moyenne et les riches soutiennent ainsi la prestation de soins aux moins nantis. La population augmente, mais beaucoup de gens ne font pas appel aux services médicaux parce qu’ils craignent de s’endetter, surtout quand l’hospitalisation et des outils diagnostiques comme la radiographie deviennent plus courants, dans les années 1920. À la Conférence sur les services médicaux tenue en 1929, le Dr Kenneth MacKenzie, d’Halifax, dit aux délégués :

Maintenant, l’homme pauvre obtient ce service [tests de diagnostic] dans un hôpital public sans rien débourser. Par contre, l’homme riche est bien en mesure de le payer au prix du marché. Mais environ 60 % de notre population fait partie d’une classe dont la capacité de gain est faible et, pour équilibrer leur budget, ces personnes ne peuvent pas se permettre des formes de diagnostic et des traitements qui coûtent cher. Elles sont trop fières pour les accepter sans rien débourser et assez intelligentes pour vouloir ce que la médecine peut offrir de mieux.
Or, s’il y a un mal, il doit y avoir un remède, et ce remède doit être, à mon avis, le partage des frais par l’ensemble de la population. (Third Conference on the Medical Services in Canada, Chambre des communes, les 20 et 21 novembre 1929, Ottawa, F. A. Acland, Imprimeur du Roi, 1930, p. 37, traduction)
Barème des tarifs des hôpitaux de Calgary, 1924

Barème des tarifs des hôpitaux de Calgary, 1924. Ils varient selon la catégorie de patient. Les patients qui vivent à la campagne paient plus parce qu’ils sont exonérés de la taxe municipale.
Fourni par l’Association canadienne des soins de santé. Publié dans Hospital Buying, vol. 1, no 2, mars 1924, p. 15.

transcription :
Tarifs plus élevés aux hôpitaux de Calgary

Le conseil municipal de Calgary, ayant adopté par six voix contre cinq la recommandation des membres de la commission, les tarifs des hôpitaux généraux et des hôpitaux de contagieux ont été modifiés selon le barème suivant.

Salle commune
Tous les patients résidant en ville, 2 $ par jour, tarif actuel, 1 $; maternité, gratuit; patients vivant à la campagne, 3 $, tarif actuel, 4 $.

Chambre à deux lits
Patients résidant en ville, 3 $ par jour, tarif actuel, de 3,25 $ à 3,75 $; patients vivant à la campagne, 4 $ par jour, tarif actuel, de 4,25 $ à 4,75 $.

Chambre individuelle
Patients résidant en ville, 5,50 $ et 6 $; patients vivant à la campagne, même tarif.




Retour à la chronolgie 1914 - 1929
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010