La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
Les Origines: 1914-1929 Les Origines 1914-1929 L’ÉVOLUTION  DE LA QUESTION DURANT LA CRISE ÉCONOMIQUE, 1930-1939



Des limites constitutionnelles ou de nouvelles approches ?

En 1929, quand le Comité permanent des relations industrielles et internationales examine, une fois de plus, le rôle du gouvernement fédéral en matière d’assurance maladie, R. B. Bennett, le chef du Parti conservateur, et Ernest Lapointe, le ministre libéral de la Justice, militent tous les deux contre l’idée selon laquelle les provinces devraient céder au gouvernement fédéral leurs pouvoirs en matière de santé et de bien-être social. Ironiquement, c’est Henri Bourassa, le nationaliste québécois, qui affirme qu’il est temps de modifier la Constitution parce que « les défenseurs de l’union législative et les champions des droits provinciaux n’ont jamais prévu […] que l’assurance sociale, soit contre le chômage, la maladie ou toute autre forme de malheur, deviendrait un problème national d’une importance telle qu’il faut le régler. » (CANADA, Débats de la Chambre des communes, 3e session, 16e législature, 23 mai 1929, p. 2742) L’effondrement de l’économie canadienne, après le krach du 29 octobre 1929, met tous les paliers de gouvernement au défi de répondre aux nombreux besoins de leurs citoyens en matière d’assistance sociale.

Henri Bourassa, en 1917, C-009092

Henri Bourassa, en 1917, à l’époque où il mène l’opposition canadienne-française à la conscription. Il sera réélu à la Chambre des communes en 1925 comme député indépendant.
Bibliothèque et Archives Canada, C-009092




Retour à la chronolgie 1914 - 1929
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010