La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
Les Origines: 1930-1939 Les Origines 1914-1929 L’ÉVOLUTION  DE LA QUESTION DURANT LA CRISE ÉCONOMIQUE, 1930-1939 RÉGIME  NATIONAL, ÉCHEC NATIONAL ? – LA GUERRE, LA RECONSTRUCTION ET LA SÉCURITÉ EN MATIÈRE DE SANTÉ POUR LA POPULATION CANADIENNE, 1939-1948



Bennett et les premiers ministres

En 1933, les premiers ministres des provinces implorent Bennett d’affecter plus de fonds à l’assistance, mais ce dernier ne pense pas que le Canada soit prêt pour un régime d’assurance maladie national : jeune pays en voie de développement, soutient-il, il n’a pas besoin d’un système de « médecine étatique ». C’est ce qu’il déclare au Collège royal des médecins et chirurgiens, cette année-là. Il souligne le travail effectué par les compagnies d’assurance et les ministères provinciaux de la Santé en matière de prévention et indique que les provinces sont libres de trouver d’autres options. Les conditions s’aggravant, les premiers ministres et les ministres de la Santé provinciaux, à l’unisson, essaient de lui faire changer d’idée. Louis-Alexandre Taschereau, premier ministre du Québec, affirme : « Nous n’avons aucune intention de nous dérober à nos responsabilités en matière de promotion de la santé de nos populations et, cela étant clair, nous accepterons avec plaisir le soutien d’Ottawa. » (« Human Rights to Health », Liberty, vol. 11, no 50, 15 décembre 1934, traduction) F. R. Davis, ministre de la Santé de la Nouvelle-Écosse, ajoute : « Nous préconisons le leadership du gouvernement du dominion et une dépense plus importante par ce dernier. La santé en général devrait être considérée comme une entreprise nationale. » (« Human Rights to Health », traduction) Pour d’autres, comme le Dr Norman Bethune, secrétaire du Montreal Group for the Security of the People’s Health, et des organisations non gouvernementales, tel le Canadian Social Hygiene Council, les vues de Bennett ne sont plus acceptables car, à leurs yeux, la santé n’est « pas une question de droits provinciaux mais de droits de la personne ». (CANADA, Bibliothèque et Archives Canada, groupe d’archives 29, vol. 1062, dossier 502-1-1, 3e partie, traduction)

Le tableau  indique qu’en 1934 le Canada a dépensé 300 millions de dollars pour les  traitements médicaux et 6 millions pour les mesures de prévention.

Le tableau indique qu’en 1934 le Canada a dépensé 300 millions de dollars pour les traitements médicaux et 6 millions pour les mesures de prévention.
Publié dans Liberty, vol. 11, no 50, 15 décembre 1934. Bibliothèque et Archives Canada, RG 29, vol. 1062, dossier 502-1-1, partie 3.

« La population est prête à accepter la médecine socialisée. Ceux qui font obstruction à la sécurité sanitaire de la population se trouvent au sein de la profession elle-même. Il faut reconnaître cela. »

—Le Dr Norman Bethune s’adressant à la Société médico-chirurgicale de Montréal, le 17 avril 1936, traduction.

Le Dr  Norman Bethune

Le Dr Norman Bethune
Le Temple de la renommée médicale canadienne. Artiste : Irma Coucill




Retour à la chronolgie 1930 - 1939
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010