La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
Les Origines: 1930-1939 Les Origines 1930-1939 RÉGIME NATIONAL, ÉCHEC NATIONAL ? – LA GUERRE, LA RECONSTRUCTION ET LA SÉCURITÉ EN MATIÈRE DE SANTÉ POUR LA POPULATION CANADIENNE, 1939-1948 PUBLIC OU PRIVÉ ? VOLONTAIRE OU OBLIGATOIRE ? – LES SOINS HOSPITALIERS POUR LES CANADIENS ET LES CANADIENNES, 1948-1958



Planifier l’avenir

Le premier ministre de la Santé nationale et du Bien-être social est Brooke Claxton, un homme d’affaires montréalais qui s’intéresse vivement à la réforme. L’une de ses premières tâches est de préparer le ministère pour la Conférence fédérale-provinciale sur la reconstruction, où l’on discutera de l’assurance maladie. Prenant comme base le travail accompli par leurs prédécesseurs, Claxton et Chisholm tentent de répondre aux critiques politiques et idéologiques formulées contre le régime d’assurance maladie de Heagerty. Les deux reconnaissent que le public soutient fortement la proposition, ce que les sondages Gallup effectués en avril 1942, 1943 et 1944 indiquent : 75 %, 69 % et 80 % des Canadiens et des Canadiennes, respectivement, accepteraient de contribuer une partie de leur revenu annuel à un tel régime. Néanmoins, la section sur l’assurance maladie du Livre vert d’août 1945 reflète la prudence croissante du gouvernement fédéral dans ses relations avec les provinces, car il n’a remporté qu’une faible victoire à  l’élection générale de juin. Malgré une description minutieuse du régime, la Colombie-Britannique, l’Ontario et le Québec s’élèvent contre une des exigences du gouvernement fédéral, selon laquelle les provinces devront céder leur pouvoir de taxation pour recevoir un financement fédéral partiel des soins à domicile et des services médicaux, hospitaliers, dentaires et pharmaceutiques. En Saskatchewan, la planification du régime d’assurance hospitalisation est déjà bien avancée et, en avril 1945, le Manitoba adopte une loi sur les services de santé qui combine les services préventifs et curatifs. Toutefois, en dépit du travail effectué par Claxton et ses collègues auprès de certains de leurs homologues provinciaux pour arriver à une conception plus acceptable des rôles et des responsabilités fédérales et provinciales dans l’après-guerre, dès avril 1946, il est clair qu’aucun régime national d’assurance maladie n’est possible.

Le premier ministre Mackenzie King et son Cabinet, juin 1945. Brooke Claxton, premier titulaire du nouveau ministère de la Santé nationale et du Bien-être social, est debout, le cinquième, à partir de la gauche.

Le premier ministre Mackenzie King et son Cabinet, juin 1945. Brooke Claxton, premier titulaire du nouveau ministère de la Santé nationale et du Bien-être social, est debout, le cinquième, à partir de la gauche.
Bibliothèque et Archives Canada, C-026988. Photographe : Paul Horsdal




Retour à la chronolgie 1939 - 1948
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010