La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
PUBLIC OU PRIVÉ ? VOLONTAIRE OU OBLIGATOIRE ? – LES SOINS HOSPITALIERS POUR LES CANADIENS ET LES CANADIENNES, 1948-1958 RÉGIME NATIONAL, ÉCHEC NATIONAL ? – LA GUERRE, LA RECONSTRUCTION ET LA SÉCURITÉ EN MATIÈRE DE SANTÉ POUR LA POPULATION CANADIENNE, 1939-1948 PUBLIC OU PRIVÉ ? VOLONTAIRE OU OBLIGATOIRE ? – LES SOINS HOSPITALIERS POUR LES CANADIENS ET LES CANADIENNES, 1948-1958 CONFLIT  ET COMPROMIS – L’ÉLABORATION DE LA LOI SUR LES SOINS MÉDICAUX, 1958-1968



Les régimes d’assurance commerciaux : les limites de la couverture privée

Les compagnies d’assurance canadiennes, comme leurs homologues américaines, se lancent sur le marché de l’assurance maladie dans les années 1940 et 1950. Ces sociétés à but lucratif ont de l’expérience dans la conception et la vente de régimes d’assurance pour les groupes et les individus. Bien entendu, elles mettent l’accent sur la solidité actuarielle des régimes qu’elles proposent et travaillent diligemment à l’affiliation des personnes en santé. La plupart des régimes ont des limites d’âge, et même Leslie Frost, premier ministre de l’Ontario, voit deux de ses contrats individuels annulés, le jour de son 60e anniversaire. Héros de guerre décoré qui a été gazé à la Première Guerre mondiale, Frost est à un stade de sa vie où il risque de plus en plus d’avoir besoin d’assurance. Il n’est pas le seul. Qui plus est, bien des Canadiens et des Canadiennes  ne peuvent s’assurer parce qu’ils éprouvent un problème médical. Comme une jeune étudiante de l’Université de Toronto, qui fait sa maîtrise en travail social, le découvre, il n’y a rien de vrai dans la rhétorique des publicités publiées dans les journaux, selon laquelle l’assurance maladie privée est facile à obtenir. Elle invite les représentants des diverses compagnies à la rencontrer à la maison qu’elle partage avec d’autres étudiants. Quand ils découvrent qu’elle est paraplégique et se déplace en fauteuil roulant, les vendeurs sont choqués et partent aussitôt, l’informant qu’elle ne sera pas affiliée à leurs régimes. Comme elle l’affirme tristement : « Les étudiants étaient surpris et écœurés. Moi, j’étais tout simplement écœurée. » (Life Before Medicare, p. 66, traduction)




Retour à la chronolgie 1948 - 1958
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010