La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
Coûts et avantages: 1958-1968 Coûts et avantages : 1948-1958 Coûts et avantages : 1958-1968 Coûts et avantages : 1968-1978



Commission royale d’enquête sur les services de santé

Établie en 1961, la Commission royale d’enquête sur les services de santé, présidée par Emmett Hall, parcourt le Canada et reçoit des mémoires de particuliers, des gouvernements provinciaux, d’associations professionnelles et de groupements d’entreprises. Dans le premier volume de son rapport, publié en juin 1964, la Commission soutient fortement le financement des régimes provinciaux par le gouvernement fédéral et demande l’expansion des établissements de santé et le développement de la formation. Quand le rapport est rendu public, le ministre de la Santé de Terre-Neuve, le Dr James McGrath, l’appelle « la Magna carta du malade » (traduction), l’Association dentaire canadienne lui réserve un accueil favorable et Allan Blakeney, ancien ministre de la Santé de la Saskatchewan, considère que la Commission « souscrit presque inconditionnellement aux politiques de la CCF ». (« Officials Welcome Plan for Medicare », Toronto Star, 20 juin 1964, p. 21, traduction) En revanche, les compagnies d’assurance soutiennent que les patients devraient payer les frais eux-mêmes, car les services gratuits conduisent à des abus du système et à l’augmentation des impôts. Le 20 juin 1964, le Globe and Mail annonce à la une : « Doctors Stunned by Magnitude » (L’ampleur ébahit les médecins) et « Sweeping Health Plan Urged for All Canada » (Régime de santé d’une grande envergure recommandé pour le Canada entier). L’Association médicale canadienne réagit au rapport en formulant quatre objections au régime proposé par la Commission Hall : « […] obligatoire pour tous les Canadiens, monopolistique parce qu’il sera géré par les gouvernements provinciaux, aucun moyen de dissuasion lorsque les patients auront des exigences irresponsables parce que le gouvernement payera les frais et aucune garantie que les médecins pourront se désengager du régime ». (Steven Scott, « MDs Reject Plan », Winnipeg Free Press, 23 juin 1964, p. 1, 4, traduction) Vu ces opinions opposées, il faut s’attendre à un débat national.



Retour à la chronolgie 1914 - 2007
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010