La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
1958-1968 PUBLIC OU PRIVÉ ? VOLONTAIRE OU OBLIGATOIRE ? – LES SOINS HOSPITALIERS POUR LES CANADIENS ET LES CANADIENNES, 1948-1958 CONFLIT  ET COMPROMIS – L’ÉLABORATION DE LA LOI SUR LES SOINS MÉDICAUX, 1958-1968 DE LA MAÎTRISE DES DÉPENSES À LA PROMOTION DE LA SANTÉ – LA MISE EN ŒUVRE DU RÉGIME UNIVERSEL D’ASSURANCE MALADIE, 1968-1978



La Saskatchewan montre le chemin

En Saskatchewan, Tommy Douglas et la Fédération du commonwealth coopératif (CCF) sont au pouvoir depuis 1944, mais la promesse, faite à ce moment-là, d’offrir à tous les citoyens une assurance maladie complète, a été entravée à cause d’un manque de fonds. Quand la province commence à recevoir des fonds fédéraux en vertu de la Loi sur l’assurance hospitalisation et les services diagnostiques, le gouvernement peut enfin passer à la prochaine étape : l’assurance maladie. En 1959, lors d’une élection partielle provinciale, Douglas fait cette remarque aux électeurs.

Le gouvernement de la Saskatchewan est convaincu qu’il est temps d’établir un régime d’assurance maladie prépayée dans notre marche vers un régime complet d’assurance maladie qui protégera toute la population et garantira à chaque citoyen de la Saskatchewan des soins de santé de grande qualité. […] Si nous pouvons faire cela, je voudrais hasarder une prophétie : avant 1970, presque toutes les autres provinces du Canada auront suivi l’exemple de la Saskatchewan et nous aurons un régime d’assurance maladie national qui s’étendra de l’Atlantique au Pacifique. La Saskatchewan a encore une fois l’occasion de montrer le chemin. Ayons la vision et le courage de faire ce pas en avant, avec la conviction que nous continuons à avancer vers une société plus juste et plus humaine. (Thomas H. McLeod
et Ian McLeod, Tommy Douglas: The Road to Jerusalem, Edmonton, Hurtig Publishers, 1987, p. 195, traduction)

Pour élaborer le régime provincial, Douglas définit cinq principes qui seront à la base du financement provincial : le prépaiement, la couverture universelle, un service de grande qualité, l’administration publique et un régime que trouveront ceux acceptable à la fois ceux qui fournissent le service et ceux qui en bénéficient.

La formation, en avril 1960, du Comité consultatif de planification de l’assurance maladie indique que le gouvernement de la Saskatchewan se dirige vers un débat public sur un sujet de plus en plus controversé : l’assurance maladie financée par la province. Contrairement à ce qu’ils préconisaient dans les années 1940, les médecins canadiens ne soutiennent plus autant l’attribution de fonds publics à l’assurance maladie prépayée. Près du tiers des médecins de la province ont immigré de la Grande-Bretagne. Un bon nombre d’entre eux ont des souvenirs amers de l’introduction du National Health Service. Par conséquent, l’élection provinciale du printemps 1960 devient un banc d’essai pour les deux camps. Selon Douglas et ses partisans, l’assurance maladie est logiquement la prochaine étape de l’introduction d’une offre complète de services de santé.

Tommy Douglas, au congrès de la CCF de 1960

Tommy Douglas, au congrès de la CCF de 1960, quand l’assurance maladie, financée par la province, est le sujet le plus contesté. Douglas porte un coquelicot à la boutonnière.
Western Development Museum, 1960-9J2




Retour à la chronolgie 1958 - 1968
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010