La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
1958-1968 PUBLIC OU PRIVÉ ? VOLONTAIRE OU OBLIGATOIRE ? – LES SOINS HOSPITALIERS POUR LES CANADIENS ET LES CANADIENNES, 1948-1958 CONFLIT  ET COMPROMIS – L’ÉLABORATION DE LA LOI SUR LES SOINS MÉDICAUX, 1958-1968 DE LA MAÎTRISE DES DÉPENSES À LA PROMOTION DE LA SANTÉ – LA MISE EN ŒUVRE DU RÉGIME UNIVERSEL D’ASSURANCE MALADIE, 1968-1978



La réaction des provinces

Le renforcement du nationalisme au Québec et l’animosité croissante de l’Alberta envers l’intervention fédérale dans les affaires des provinces compliquent la situation. Le premier ministre albertain, Ernest Manning, et son ministre de la Santé, le Dr J. Donovan Ross, croient  fermement que la santé est une responsabilité provinciale et que leurs subventions, basées sur le revenu, permettront aux citoyens moins riches de souscrire à des régimes proposés par le milieu médical. Ce système, surnommé « Manningcare », est critiqué par la population albertaine qui y voit les avantages de l’approche de la Saskatchewan. (Voir http://peel.library.ualberta.ca/bibliography/9021.43.1/9.html)

Ernest Manning, 1960

Ernest Manning, que l’on voit ici dans les années 1960, croyait que les subventions gouvernementales liées aux ressources permettraient à tous les Albertains d’adhérer aux régimes d’assurance proposés par le corps médical.
Provincial Archives of Alberta, J.87/2. © Edmonton Journal




Retour à la chronolgie 1958 - 1968
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010