La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
Acteurs principaux: 1958-1968 Acteurs principaux 1948–1958 Acteurs principaux: 1958-1968 Acteurs principaux: 1968-1978



Al Johnson

Né à Insinger, en Saskatchewan, en 1923, Albert Wesley Johnson est fonctionnaire, conseiller en matière de politique officielle et universitaire. Diplômé de l’université de la Saskatchewan, de l’Université de Toronto et de Harvard, Johnson est trésorier provincial adjoint et secrétaire du Conseil du Trésor dans le gouvernement de Tommy Douglas, de 1952 à 1964. Ayant observé le conflit entre les médecins et le gouvernement que provoque la mise en œuvre du régime d’assurance maladie provincial, Johnson met à profit sa connaissance des finances et des relations fédérales-provinciales pour proposer une nouvelle démarche à l’égard de l’assurance maladie quand il est sous-ministre adjoint des Finances à Ottawa, de 1964 à 1968.

A. W. (Al) Johnson

A. W. (Al) Johnson, un important fonctionnaire de la Saskatchewan, au ministère des Finances, dont la vision d’un fédéralisme coopératif façonne les propositions sur l’assurance maladie.
Photographe : Myrtle E. Hardy, Photo fournie par P. Jane Johnson

D’après Tom Kent, puisque le paternalisme de la Loi sur l’assurance hospitalisation et les services diagnostiquesn’est plus approprié au milieu des années 1960, ce que Johnson suggère, c’est-à-dire que « le gouvernement n’a pas besoin de prévoir les détails d’un programme à frais partagés […], il suffit qu’il définisse, clairement, les principes de ce qu’il entend par assurance maladie universelle », permet de sortir de l’impasse constitutionnelle. (Tom Kent, A Public Purpose, Montréal et Kingston, McGill / Queen’s University Press, 1988, p. 366-367, traduction) Par conséquent, en juillet 1965, quand le premier ministre Lester B. Pearson annonce les quatre principes essentiels au financement de l’assurance maladie universelle, Joey Smallwood, Louis Robichaud, Jean Lesage, Ross Thatcher et d’autres premiers ministres les soutiennent, tandis que John Robarts, Duff Roblin et W. A. C. Bennett les approuvent conditionnellement. Robert Stanfield et Walter Shaw rejettent le régime à cause d’un financement insuffisant et Ernest Manning s’y oppose pour des raisons idéologiques. La stratégie de Johnson s’avère cependant efficace et permet d’établir les bases de la Loi sur les soins médicaux de 1966 et de son application.




Retour à la chronolgie 1914 - 2007
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 14 juin 2011