La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
1958-1968 CONFLIT  ET COMPROMIS – L’ÉLABORATION DE LA LOI SUR LES SOINS MÉDICAUX, 1958-1968 DE LA MAÎTRISE DES DÉPENSES À LA PROMOTION DE LA SANTÉ – LA MISE EN ŒUVRE DU RÉGIME UNIVERSEL D’ASSURANCE MALADIE, 1968-1978 SAUVER LE SYSTÈME – LA LOI CANADIENNE SUR LA SANTÉ, LA CHARTE D’OTTAWA ET LA SANTÉ POUR TOUS, 1978-1988



Changement d’orientation ou transfert de responsabilité ?

Au pays, la réaction au rapport Lalonde est nuancée. Pour les ministères de la Santé provinciaux, qui travaillent diligemment au développement et à la gestion du système curatif, le rapport pose un défi. Comment pourront-ils faire face au coût sans cesse grandissants des soins, tout en mettant l’accent sur les nouveaux thèmes privilégiés, soit la prévention et la promotion de la santé ? Le rapport apporte un soutien utile au mouvement environnemental naissant, mais peu de conseils sur la création de stratégies multisectorielles de lutte contre la pollution. De plus, certains experts en santé publique considèrent que le fait de rendre l’individu responsable du mode de vie qu’il choisit semble être une « condamnation de la victime » dans les cas où le comportement de la personne reflète sa classe sociale, sa situation sur le marché du travail, son niveau de scolarité ou son origine ethnique. Au ministère de la Santé nationale et du Bien-être social, certains employés acceptent le défi et militent pour la création de la Direction de la promotion de la santé, qui rassemblera les personnes qui travaillent sur l’usage des drogues et celles qui s’occupent des initiatives de lutte contre le tabagisme et l’alcool au volant. La nouvelle direction, qui dispose de fonds très limités à cause des compressions budgétaires de 1978 et de 1979, travaille avec ses équivalents provinciaux et municipaux et d’importantes organisations non gouvernementales, comme l’Association canadienne de santé publique, l’Association pour les droits des non-fumeurs et la Fondation des maladies du cœur, pour élaborer des initiatives multisectorielles de promotion de la santé qui mettent l’accent sur des choix associés à un mode de vie sain. Mais le choix d’un mode de vie sain permettra-t-il de réduire le coût des soins de santé ?

« Pour ce que nous allons manger, que monsieur Lalonde, ministre de la Santé, Ottawa, nous fiche la paix. »
« Pour ce que nous allons manger, que monsieur Lalonde, ministre de la Santé, Ottawa, nous fiche la paix. »

Les résidants de Vancouver apprécièrent cette caricature, œuvre de Len Norris, parue en 1977, sa réponse aux efforts déployés par la Direction de la promotion de la santé pour convaincre les gens de faire différents choix quant à leur mode de vie.
Bibliothèque et Archives Canada, no acc. 1988-243-501. © Succession Leonard Norris




Retour à la chronolgie 1968 - 1978
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010