La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
Coûts et avantages: 1978-1988 Coûts et avantages : 1968-1978 Coûts et avantages : 1978-1988 Coûts et avantages : 19892007



La privatisation

La privatisation est le fait de transférer au secteur privé la propriété ou le contrôle d’une entreprise ou d’une fonction du secteur public (gouvernemental). Elle est fondée sur l’argument selon lequel les gouvernements devraient cesser de réglementer et de contrôler les industries et vendre de ses entreprises à des intérêts privés parce que le contrôle public d’industries comme les services publics et les sociétés d’État nuit à la croissance économique. Dans les années 1980, des économistes néoconservateurs, des groupes de réflexion et le gouvernement progressiste conservateur de Brian Mulroney plaident en faveur de la privatisation des industries et des sociétés d’État canadiennes afin de réduire les dépenses fédérales, de stimuler la croissance économique, d’accroître la concurrence au sein des industries et d’établir des prix et des coûts réels. Dans le secteur de la santé, des tâches seront radiées de la liste des services assurés; ainsi, les services de blanchisserie, de préparation des repas et de nettoyage seront confiés à des entreprises extérieures et des cliniques privées seront créées. Les syndicats, les collectifs féminins, les associations de protection des consommateurs, le Medical Reform Group et les Friends of Medicare s’opposeront donc à ces mesures. Ainsi, des reportages sur les grèves, des manifestations et des réunions publiques convainquent beaucoup de Canadiens et de Canadiennes que l’assurance maladie universelle est menacée parce que le gouvernement privatise leur régime iconique.



Retour à la chronolgie 1914 - 2007
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010