La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
Coûts et avantages: 19892007 Coûts et avantages : 1978-1988 Coûts et avantages : 19892007



Le SRAS

En novembre 2002, une nouvelle maladie meurtrière, appelée « syndrome respiratoire aigu sévère » (SRAS), apparaît à Guangdong, en Chine, et, dès février 2003, on la trouve sur cinq continents. Plus de 8000 personnes en sont atteintes dans le monde et 774 en meurent. Bien que les chercheurs canadiens réussissent à séquencer rapidement le coronavirus qui en est responsable, la maladie tue 44 Canadiens, infectant surtout les professionnels de la santé et leur famille. Concentrée à Toronto, la plus grande ville du Canada, et la plus multiculturelle, l’épidémie met en évidence non seulement l’importance de mesures de santé publique locales énergiques de lutte contre la maladie, mais aussi la possibilité de conflits entre les gouvernements fédéral et provinciaux. Les trois rapports sur l’épidémie indiquent tous qu’une communication efficace et des rôles bien définis sont essentiels à la lutte contre les maladies contagieuses. L’épidémie révèle aussi l’impact des compressions des années 1990, qui ont entraîné une réduction des services de santé, et le manque de personnel en mesure de faire face aux crises. Les rapports conduisent le gouvernement fédéral à créer l’Agence de la santé publique du Canada. Au début, en 2004, l’Agence est un ministère d’État de second plan, mais elle est dorénavant sous la direction du ministre de la Santé. Elle est responsable de la lutte contre les maladies transmissibles, de la préparation aux situations d’urgence, de la planification de mesures d’intervention en cas de pandémie, de la promotion de la santé, de la prévention des maladies chroniques et des blessures, des pratiques en matière de santé publique et de l’organisation au plan régional.

Ce respirateur (ou masque) N95, protection habituelle contre les infections respiratoires en 2003

Ce respirateur (ou masque) N95, protection habituelle contre les infections respiratoires en 2003, s’avéra insuffisant pour protéger les professionnels de la santé et les patients contre le SRAS en Ontario.
Collection privée



Retour à la chronolgie 1914 - 2007
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010