La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
L’ÉTERNEL DÉFI : TROUVER UN ÉQUILIBRE ENTRE LE CHANGEMENT ET LA CONTINUITÉ, 1989-2007 SAUVER LE SYSTÈME – LA LOI CANADIENNE SUR LA SANTÉ, LA CHARTE D’OTTAWA ET LA SANTÉ POUR TOUS, 1978-1988 L’ÉTERNEL DÉFI : TROUVER UN ÉQUILIBRE ENTRE LE CHANGEMENT ET LA CONTINUITÉ, 1989-2007



Une nouvelle approche

Au cours des années 1980, des groupes de réflexion financés par des sources privées, comme l’Institut Fraser et l’Institut C. D. Howe, rédigent des rapports qui laissent entendre que la Loi canadienne sur la santé entrave les options des patients, des prestataires de soins et des gouvernements provinciaux. Selon ces rapports, il faut encourager la privatisation des services publics pour s’assurer que les gens recevront le meilleur traitement possible s’ils acceptent de le payer. Bien que ce genre de propositions plaise à certains citoyens riches et à des idéologues qui soutiennent les mesures prises par Thatcher, Reagan et Mulroney pour réduire les dépenses sociales, la majorité de la population du pays, notamment les Albertains, refuse de voir les soins de santé de cette façon, c’est-à-dire comme un produit achetable. Il va sans dire que les gouvernements provinciaux sont touchés par les réductions fédérales et l’augmentation des coûts. En Saskatchewan, le Nouveau parti démocratique, dirigé par Roy Romanow, vient d’arriver au pouvoir et fait preuve de réalisme fiscal en fermant 52 petits hôpitaux ruraux. Nombre de ces établissements sont convertis en maisons de retraite ou en hôpitaux pour personnes souffrant de maladies chroniques, pour tenir compte du vieillissement de la population, une question que d’autres provinces devront bientôt aborder aussi. Des contraintes budgétaires poussent l’Alberta, la Saskatchewan, le Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve et l’Île-du-Prince-Édouard à établir des administrations régionales de la santé pour intégrer leurs services de santé et instaurer des programmes d’amélioration du bien-être avant 1993. Ces changements limiteront-ils l’augmentation constante des coûts et répondront-ils aux attentes de la population par rapport à son système de soins de santé ? On regrette profondément la perte de services très appréciés, comme le révèlent les caricatures politiques de Stan Beutel, qui montrent le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Frank McKenna, et les efforts déployés par son ministre de la Santé, le Dr Russell King, pour réduire les dépenses sur les soins de santé et offrir plus de services de proximité – hôpitaux sans murs.

Ordonnance pour les personnes âgées.  En mourant plus tôt, vous économiserez beaucoup de fric ! – Russell K.
Ordonnance pour les personnes âgées. En mourant plus tôt, vous économiserez beaucoup de fric ! – Russell K.

Cette caricature de Josh Beutel, interprétation lucide de la politique préconisée par le ministre de la Santé, le Dr Russell King, en 1992, reflète la vulnérabilité que ressentent les aînés du Nouveau-Brunswick.
Archives provinciales du Nouveau-Brunswick, MC2806, fonds Josh Beutel : série C-3831




Retour à la chronolgie 1989 - 2007
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010