La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
L’ÉTERNEL DÉFI : TROUVER UN ÉQUILIBRE ENTRE LE CHANGEMENT ET LA CONTINUITÉ, 1989-2007 SAUVER LE SYSTÈME – LA LOI CANADIENNE SUR LA SANTÉ, LA CHARTE D’OTTAWA ET LA SANTÉ POUR TOUS, 1978-1988 L’ÉTERNEL DÉFI : TROUVER UN ÉQUILIBRE ENTRE LE CHANGEMENT ET LA CONTINUITÉ, 1989-2007



Le militantisme dans le domaine de la santé

Face à cette situation, des organismes médicaux et plusieurs associations bénévoles se rassemblent et forment Le Groupe d’intervention Action Santé (HEAL). Le geste reflète les préoccupations croissantes de prestataires de soins et de consommateurs qui craignent que le conflit éternel entre les gouvernements fédéral et provinciaux n’ébranle le système de soins de santé. En 1991, HEAL présente un document sur la subvention des soins de santé par le gouvernement fédéral. Ce document montre l’évolution du financement, qui est passé de 50 % au financement global des programmes établis (FPÉ), et évalue les conséquences de la Loi canadienne sur la santé et du gel des dépenses dans le domaine de la santé par le ministre des Finances, Michael Wilson. L’idée que le manque à gagner dans le secteur des soins de santé puisse passer de 3,3 milliards de dollars, en 1991, à 6,6 milliards de dollars, en 1995-1996, pousse l’Association médicale canadienne (AMC), l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), l’Association canadienne de santé publique, l’Association des hôpitaux du Canada, l’Association canadienne de soins à long terme, la Société canadienne de psychologie et l’Association des consommateurs du Canada à faire tout leur possible pour s’attirer le soutien du public. On obtient le concours de la presse, qui publie des articles sur les délais d’attente, la pénurie de personnel, le surmenage professionnel et le manque d’équipement et d’installations. Ce genre de pressions ne fera pas vraiment modifier la politique fédérale ni persuader les provinces de dépenser davantage en soins de santé. Puisque les gouvernements se préoccupent de plus en plus de la récession économique, de l’augmentation du chômage, de la perte d’emplois associée à la mise en œuvre de l’Accord de libre-échange et du résultat des prochaines négociations sur les conventions en matière de location des domaines fiscaux, ils ne veulent pas affecter plus de fonds aux activités curatives. Il faut faire face à une situation difficile.




Retour à la chronolgie 1989 - 2007
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010