La lutte pour l’assurance maladie universelle : l’histoire des soins de santé au  Canada, 1914-2007 Retour à la chronolgie Retour à la  chronologie
L’ÉTERNEL DÉFI : TROUVER UN ÉQUILIBRE ENTRE LE CHANGEMENT ET LA CONTINUITÉ, 1989-2007 SAUVER LE SYSTÈME – LA LOI CANADIENNE SUR LA SANTÉ, LA CHARTE D’OTTAWA ET LA SANTÉ POUR TOUS, 1978-1988 L’ÉTERNEL DÉFI : TROUVER UN ÉQUILIBRE ENTRE LE CHANGEMENT ET LA CONTINUITÉ, 1989-2007



Le conflit au Québec, 1995-2000

Après l’échec du deuxième référendum sur la souveraineté, en 1995, Lucien Bouchard a la tâche peu enviable de réduire les dépenses dans les soins de santé à mesure que le financement fédéral diminue. Comme il fallait s’y attendre, cela provoque des grèves dans le secteur de la santé, notamment par le personnel infirmier, ainsi qu’une frustration croissante, car la population ne peut pas se faire soigner rapidement en cas d’urgence. Face à cette situation, Bouchard est réceptif à l’idée d’une « union sociale », concept qui, selon lui et d’autres premiers ministres, permettrait à une province ou un territoire de se désengager de programmes sociaux fédéraux sans perdre de financement pourvu que leurs gouvernements offrent un programme ayant des « objectifs similaires ». De plus, Ottawa accepte d’essayer d’obtenir un consensus provincial plutôt que d’imposer des normes précises, de limiter les dépenses fédérales sur des programmes éventuels de soins à domicile et de remboursement des médicaments, de consulter les provinces avant l’introduction de ces programmes et de transférer à celles-ci l’administration des programmes sociaux. Cet accord est signé le 4 février 1999, mais il ne résout pas le conflit entre les deux paliers de gouvernement. Pendant une bonne partie de 2000, les premiers ministres essaient d’élaborer une déclaration de principe revendiquant plus de fonds et, au printemps et à l’été, l’Ontario et le Québec lancent des campagnes publicitaires coûteuses pour persuader les citoyens que le gouvernement fédéral n’a aucun rôle à jouer dans les services de santé, puisqu’il ne contribue que 10 % des fonds dépensés en soins de santé. Le gouvernement de Chrétien réplique par des publicités qui démentent ces affirmations.

J’ai confiance !
J’ai confiance !

Aislin (pseudonyme de Terry Mosher) donne à ses lecteurs québécois sa vision des relations entre les médecins de la province et le premier ministre Lucien Bouchard.
Musée McCord, Montréal, M2002.119.42




Retour à la chronolgie 1989 - 2007
    Date de création : 31 mars 2010 | Mise à jour : 21 avril 2010