Six raisons de célébrer l’anniversaire du Musée de la guerre

Mark O'Neill

Il y a 10 ans, presque jour pour jour, le Musée canadien de la guerre ouvrait ses portes à son nouvel emplacement sur les plaines LeBreton. Avec le recul, je constate que nous avons à notre actif des réalisations remarquables dont tous les Canadiens et Canadiennes peuvent être fiers :

L’accueil de près de cinq millions de personnes 

Au moment de planifier l’ouverture du Musée canadien de la guerre sur les plaines LeBreton, nous nous attendions à attirer 250 000 visiteurs chaque année. Dès la première année d’activité, les données sur la fréquentation du Musée canadien de la guerre ont dépassé du double nos prévisions, avec l’accueil de 500 000 visiteurs. Depuis lors, nous avons toujours surpassé les cibles annuelles de 250 000 visiteurs.

L’établissement de partenariats internationaux 

Les partenariats établis par le Musée de la guerre ont facilité la collaboration et la consultation de professionnels de nombreux pays pour la réalisation d’expositions sur le rôle du Canada dans les conflits internationaux et pour la recherche d’inestimables artefacts à l’intention des publics canadiens. Les emblématiques lions de la porte de Menin comptaient parmi les grands attraits de l’exposition spéciale Se battre en Flandre – Gaz. Boue. Mémoire présentée récemment. Prêtés par l’Australian War Memorial, ces lions se dressaient jadis de chaque côté de la porte de Menin, à Ypres, celle-là même qu’ont empruntée des milliers de soldats alliés pour se rendre sur les champs de bataille au nord-ouest de la Belgique. Les publics canadiens peuvent profiter de remarquables expositions grâce à ces partenariats; par exemple, Les gladiateurs et le Colisée – Mort et gloire, une exposition réalisée par Contemporanea Progetti qui sera présentée sous peu, lèvera le voile sur les combattants professionnels de l’Empire romain.

L’envergure nationale du Musée 

Bien qu’il soit présent physiquement dans la région de la capitale nationale, le Musée de la guerre rejoint les Canadiens et Canadiennes partout au pays. Les trois médailles de la Croix de Victoria décernées aux soldats de la Première Guerre mondiale originaires de la rue Pine, à Winnipeg (plus tard renommée Valour Road, ou chemin de la Bravoure), ont été exposées ensemble au Musée canadien de la guerre : il s’agissait là d’une première dans l’histoire. L’an dernier, nous avons prêté les trois médailles dites de « Valour Road » au Musée du Manitoba en vue d’une exposition spéciale commémorant le rôle des régiments Winnipeg Rifles et Queen’s Own Cameron Highlanders durant la Première Guerre mondiale. Grâce aux prêts d’artefacts, aux partenariats créés pour présenter des expositions uniques – comme Les Néo-Brunswickois en temps de guerre, 1914-1946 – à son programme d’expositions itinérantes et à sa présence active dans les médias sociaux, le Musée de la guerre a vraiment une envergure nationale et parvient à mieux faire comprendre l’histoire militaire aux Canadiens et aux Canadiennes, peu importe où ils habitent au pays.

Des gens qui font la file à l'inauguration du Musée canadien de la guerre. Photo: Musée canadien de la guerre, 2005.

Des gens qui font la file à l’inauguration du Musée canadien de la guerre. Photo: Musée canadien de la guerre, 2005.

Des collections nationales de calibre mondial 

Les collections du Musée canadien de la guerre comptent parmi les dotations militaires les plus riches du monde, avec quelque 500 000 artefacts militaires. Des véhicules rares aux œuvres d’art et pièces d’artillerie, en passant par les uniformes, les médailles et les mémoires personnels, tous ces artefacts contribuent à relater l’expérience humaine de la guerre, dans une perspective canadienne. Mentionnons entre autres la prestigieuse Collection Beaverbrook d’art militaire, l’une des 10 plus importantes dans ce domaine à l’échelle mondiale, ainsi que les 33 Croix de Victoria que possède maintenant le Musée sur les 94 qui ont été décernées à des Canadiens.

Le rayonnement du Musée dans la collectivité 

Le Musée canadien de la guerre est devenu un centre d’activité incontournable dans la région de la capitale nationale en se faisant l’hôte unique ou conjoint d’un éventail d’activités, comme le Bluesfest, qui attire presque 300 000 personnes, les cérémonies de remise de prix auxquelles participent des centaines d’invités ou encore les petits rassemblements commémoratifs de nature communautaire. Le Musée de la guerre est très fier de faire partie intégrante de la collectivité locale et se réjouit d’être l’hôte de tels rassemblements presque un soir sur deux en semaine.

Les Amis du Musée canadien de la guerre

Je m’en voudrais de ne pas souligner les contributions constantes des loyaux amis du Musée canadien de la guerre, qui apportent un soutien essentiel à notre institution muséale. Sans l’aide des Amis du Musée canadien de la guerre (AMCG), notre édifice actuel n’existerait pas. Les AMCG ont organisé la campagne Passons le flambeau et ont recueilli 16 millions de dollars, ce qui en a fait, à l’époque, la collecte de fonds la plus fructueuse jamais menée par une institution culturelle fédérale.

Ce ne sont là que quelques-unes des réalisations à l’actif du Musée canadien de la guerre ces 10 dernières années. Chacune est remarquable en soi, et tant d’autres sont encore à venir. Permettez-moi, à cet égard, de profiter de l’occasion pour rendre hommage au personnel exceptionnel du Musée canadien de la guerre, sans lequel aucune de ces réalisations n’aurait été possible.

À l’occasion de ce 10e anniversaire, j’aimerais inviter tous les Canadiens et Canadiennes à assister à la célébration publique qui aura lieu au Musée canadien de la guerre le samedi 9 mai, ou à visiter le site Web conçu pour souligner notre 10e anniversaire, « Racontez-nous votre histoire du Musée de la guerre ».

Veuillez consulter notre site Web et les réseaux de médias sociaux pour en savoir plus sur la série d’expositions et de programmes d’activités proposés pour commémorer le centenaire de la Première Guerre mondiale au cours des trois prochaines années.

Les commentaires sont fermés.