Un symposium réussi et inspirant pour le renouvellement du Musée des enfants

Jennifer Millar

Un peu plus de 30 ans après sa création, le Musée canadien des enfants montre qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre.

Puisque le Musée canadien de l’histoire planifie un renouvellement en profondeur du Musée des enfants, le moment était bien choisi pour réunir des spécialistes dans les domaines de l’apprentissage préscolaire, de la muséologie et de la conception d’expositions dans le cadre d’un symposium explorant les plus récentes tendances et recherches sur les musées destinés aux jeunes.

Près de 200 personnes de partout dans le monde ont assisté au Symposium sur l’apprentissage familial, l’inclusion et l’importance du jeu dans les musées, les 4 et 5 décembre 2019, pour discuter d’un vaste éventail de sujets, dont l’art du jeu, l’apprentissage créatif, la famille du xxie siècle, l’inclusion et l’accessibilité. De plus, des étudiantes et des étudiants de l’Université Carleton et de l’Université McMaster avaient reçu une invitation pour venir présenter des affiches afin de faire connaitre leurs projets de recherche et d’autres initiatives portant sur ces thèmes.

Symposium sur l’apprentissage familial, l’inclusion et l’importance du jeu dans les musées

Le Symposium sur l’apprentissage familial, l’inclusion et l’importance du jeu dans les musées a eu lieu les 4 et 5 décembre 2019 au Musée canadien de l’histoire.

« C’était la première fois que l’équipe du Musée des enfants organisait un symposium du genre, et nous ne savions pas trop à quoi nous attendre, a expliqué Chantal Amyot, directrice, Expositions et expérience des visiteurs, au Musée canadien de l’histoire. Nous avons pris des risques calculés en décidant de présenter d’abord les grandes idées, puis d’explorer les façons dont chacune pouvait se concrétiser, et cela a fonctionné. »

« Nous avons constaté avec grande satisfaction la qualité et la variété des conférencières et de conférenciers, mais aussi la belle participation générale aux discussions. Les gens présents étaient voulaient connaitre de nouveaux points de vue et présenter leurs propres expériences. C’était remarquable de voir à quel point tous les sujets étaient étroitement liés et complémentaires. »

Les exposés ont mis en relief l’évolution de l’expérience muséale et examiné les moyens les plus efficaces de faire participer concrètement les enfants et les familles en stimulant la créativité et en encourageant la résolution de problèmes et la communication, le tout en favorisant l’acquisition de diverses compétences sociales, émotionnelles et physiques.

Parmi les principales personnes à avoir donné une conférence figurait Peter Gray, Ph. D., auteur de Free to Learn et expert du rôle du jeu dans l’évolution humaine, qui a expliqué en quoi l’importante réduction du temps de jeu libre des enfants nuit à leur apprentissage et au développement de leurs compétences. Patrice Aubertin, de l’École nationale de cirque, a quant à lui donné un aperçu du développement physique et de l’importance de la prise de risques.

Symposium sur l’apprentissage familial, l’inclusion et l’importance du jeu dans les musées

Peter Gray, Ph. D., auteur de Free to Learn

Jason Nolan, directeur du Responsive Ecologies Lab (RE/Lab), un laboratoire expérimental de l’Université Ryerson, à Toronto, a apporté un point de vue unique, étant autiste. Sa recherche est axée sur la conception d’outils et de technologies qui soutiennent l’apprentissage des enfants dans des contextes informels. Il a discuté de l’« infantilisme », selon lequel les enfants seraient intrinsèquement inférieures et inférieurs aux adultes, et de l’importance de percevoir les enfants comme des personnes à part entière en vue de concevoir des espaces créatifs répondant à leurs besoins.

Paul Bowers, ancien directeur des expositions de Museums Victoria à Melbourne, en Australie, a fait part de ses idées pour le renouvellement des expériences muséales. Voici ce qu’il a écrit par la suite dans un billet de blogue : « On a observé, tout au long de ce symposium, une évolution de notre compréhension et de notre appréciation du travail qui sous-tend la conception d’expériences ludiques et inclusives pour les jeunes, dans le domaine des musées pour enfants et bien au-delà. »

Le choix des sujets était bien équilibré, combinant ceux qui ont des applications directes dans les musées avec d’autres qui m’ont exposé à des pratiques réflexives dans des domaines connexes. C’était instructif, inspirant et éclairant. — Un participant au Symposium

Pour le personnel du Musée canadien de l’histoire, le symposium s’est révélé une occasion exceptionnelle de mutualiser les pratiques exemplaires recueillies pendant trois décennies de gestion d’un musée pour enfants très populaire. En outre, il a permis d’accueillir des spécialistes d’ailleurs pour éclairer et inspirer le renouvellement du Musée canadien des enfants, ce qui permettra d’offrir des expériences exceptionnelles aux familles pour les années à venir.

« Toute notre équipe de base était présente, ainsi que des membres de l’équipe élargie et les concepteurs et les conceptrices – comme Laurent Carrier de Toboggan Design, à Montréal, qui était également l’un des présentateurs, a ajouté Mme Amyot. Maintenant que nous sommes à planifier le renouvellement du Musée canadien des enfants, nous sommes tous et toutes sur la même longueur d’onde; nous pouvons aisément nous reporter à ces entretiens. D’ailleurs, nous avons discuté dans le cadre d’une rencontre peu après le symposium, et déjà nous avons pu mettre en pratique des idées et des notions nouvelles qui concernent non seulement le contenu du Musée, mais aussi l’aménagement physique. »

Symposium sur l’apprentissage familial, l’inclusion et l’importance du jeu dans les musées

La séance d’affiches des étudiants et étudiantes lors du Symposium.

Le symposium marquait l’aboutissement de mois d’efforts déployés pour orienter le renouvellement, dont des consultations avec des groupes d’intervention, des membres du personnel et des spécialistes, des enquêtes publiques approfondies et des activités au Musée au cours desquelles des centaines d’enfants et de familles ont exprimé leurs idées et leurs observations.

Durant le processus de renouvellement, le Musée des enfants demeurera ouvert dans sa configuration actuelle jusqu’en septembre 2020. Du mois d’octobre jusqu’à l’achèvement du projet, en décembre 2021, un nouvel espace stimulant ouvrira temporairement. Il comportera bon nombre des modules de l’actuel Musée des enfants ainsi qu’un riche éventail d’expositions spéciales, d’activités et de programmes destinés aux familles.

« La tenue du symposium tombait à point nommé, car nous sommes sur le point de prendre des décisions clés sur les activités et les aires en vue du renouvellement du Musée, a déclaré Mme Amyot. Le projet est assez avancé, et nous avons déjà beaucoup réfléchi à la conception de la nouvelle expérience, mais il demeure que nous pourrons assurément mettre à profit ce que nous avons appris pour bien modeler nos idées. »

Les commentaires sont fermés.