Garde-robe royale

Le 22 juillet 2011

Blazer de la griffe canadienne Smythe Les Vestes. Robes du créateur d’origine montréalaise Erdem Moralioglu. Bibi rouge décoré de feuilles d’érable. La garde-robe de Kate Middleton a fait couler beaucoup d’encre lors du récent passage de la duchesse de Cambridge au Canada. Mais ce n’est pas d’hier que les tenues royales font jaser!

La première visite du couple royal au Canada aura incontestablement attiré l’attention des médias canadiens et internationaux. Et au centre de cette attention… les tenues de la duchesse, bien sûr! Vidéos, photos, blogues – toutes les tribunes étaient bonnes pour vanter le charme de ses tenues. Le Musée canadien des civilisations en a profité pour raviver le souvenir d’une autre visite royale empreinte d’élégance…

Reine de la fête

Pour bien des gens, Elizabeth II est passée d’une femme mûre à l’ai un peu sévère à une grand-maman. À moins d’être soi-même assez âgé, il est difficile d’imaginer la jeune femme qu’elle a été, souriante, délicate, féminine. Pourtant, lors de sa première visite au Canada à titre de reine, en 1957, Elizabeth II a su charmer les Canadiens.

Couronnée en 1953, Elizabeth II prévoyait une grande tournée canadienne en 1959. Mais lorsqu’elle a annoncé son intention de se rendre aux États-Unis en 1957, notre premier ministre de l’époque, Louis Saint-Laurent, n’entendait pas la laisser filer ainsi : si la Reine traversait l’Atlantique, elle se devait de visiter un pays dont elle était, après tout, chef d’État. L’invitation fut acceptée.

Mais en juin de cette année-là, une élection générale vient transformer l’échiquier : les libéraux de Louis Saint-Laurent sont défaits, faisant place au progressiste-conservateur de John Diefenbaker. Celui-ci, ultra-monarchiste, compte bien faire rejaillir sur son gouvernement l’éclat de cette visite royale. Il invite donc Elizabeth II, à titre de Reine du Canada, à inaugurer le 23e Parlement le 14 octobre 1957.

Les quatre jours de cette visite officielle attireront dans les rues des centaines de milliers d’admirateurs et de curieux, tous espérant avoir la chance d’apercevoir la jeune Reine. Et, bien sûr, d’admirer le faste de sa garde-robe.

Reine de beauté

On peut facilement imaginer que Sa Majesté la reine Elizabeth II jouit d’une garde-robe bien garnie. Et ce qu’elle met dans ses valises lors de visites officielles dépasse largement la simple fonction du bien paraître. Les tenues royales sont empreintes de symbolisme et jouent un rôle stratégique.

C’est ainsi que lors de ce premier voyage en sol canadien, Elizabeth II choisira de prononcer le discours du Trône vêtue de la robe qu’elle portait pour son couronnement, affirmant ainsi clairement son statut de Reine du Canada. Mais c’est la robe qu’elle portera lors d’une réception d’État à Rideau Hall qui marquera l’imaginaire canadien.

Dessinée par son couturier personnel, Norman Hartnell, la robe de soirée portée par la Reine est un hommage à la tradition canadienne. Faite de satin vert pâle, l’élégante robe sans manches est décorée de feuilles d’érable en velours vert foncé, auxquelles se mêlent des roses blanches de York. Cette rivière de verdure est agrémentée de similis : diamants, perles, émeraudes. À un bustier marquant bien la taille est attachée une longue jupe à crinoline dont l’ourlet fait plus de cinq mètres de circonférence! Bref, Hartnell avait créé pour l’occasion une robe « digne d’une Reine », qui incarnait à la fois le pouvoir monarchique et l’attachement au Canada.

Depuis 1967, la robe est conservée chez nous, et le Musée canadien des civilisations a profité de la récente visite du couple royal pour l’exposer pendant quelques jours. Symbole de la tradition monarchique canadienne, la robe rend compte du lien qui unit le Canada et sa Reine.

www.flickr.com