Préhistoire béringienne: Étude archéologique des Grottes du Poisson-Bleu (Yukon)

54,95 $

Quand l’Amérique a-t-elle été peuplée? Quels chemins les premiers Américains ont-ils empruntés? Comment se sont-ils adaptés aux conditions climatiques et environnementales des territoires arctiques? Sont-ils responsables de l’extinction de la mégafaune, qui est survenue il y a près de 14 000 ans? Le présent ouvrage tente de répondre à ces questions à l’aide d’une étude archéologique du site des Grottes du Poisson-Bleu, situé dans le territoire du Yukon, au Canada.

Présenter une demande

Catégories : ,

Description

Préhistoire béringienne: Étude archéologique des Grottes du Poisson-Bleu (Yukon)

2018, 978-2-7603-2735-1
Collection Mercure (Archéologie 179)
448 pp., 67 illustrations 17 x 24 cm, broché

Quand l’Amérique a-t-elle été peuplée? Quels chemins les premiers Américains ont-ils empruntés? Comment se sont-ils adaptés aux conditions climatiques et environnementales des territoires arctiques? Sont-ils responsables de l’extinction de la mégafaune, qui est survenue il y a près de 14 000 ans? Le présent ouvrage tente de répondre à ces questions à l’aide d’une étude archéologique du site des Grottes du Poisson-Bleu, situé dans le territoire du Yukon, au Canada.

Un peu plus de 36 000 ossements d’animaux ont été minutieusement analysés au microscope dans le but d’identifier des traces d’activités culturelles. Six d’entre eux portant des stries de boucherie faites par des outils en pierre ont par la suite été soumis à des méthodes de datation par le radiocarbone. Les résultats ont démontré que les humains ont occupé les Grottes du Poisson-Bleu il y a 24 000 ans, soit en pleine période glaciaire, faisant ainsi reculer considérablement leur date d’entrée en Amérique, jusqu’alors estimée à il y a 15 000 ans. Soutenue par des analyses génétiques, cette étude archéologique suggère que ce n’est qu’après le retrait progressif des masses glaciaires nord-américaines, il y a environ 15 000 ans, que les populations humaines cantonnées dans l’extrême nord se seraient dispersées sur le reste du continent.

Demande d'information produit