Menu principal
Menu principal
Patrie et population
Patrie et
population
L'art haïda
Art haïda
Les villages haïdas
Villages haïdas

L'art haïda

© Gordon Miller *Le coffre au trésor des chefs
*Les festins
*Le chamanisme
*Les sociétés secrètes
*Les masques
*Les jeux de hasard
*Les festins de fumée pour les
   ancêtres
*Les artistes

Les Haïdas se sont créé un monde de costumes et d'ornements, d'outils et de constructions, dont chaque composante avait une dimension spirituelle. Les motifs dont ils décoraient leurs objets marquaient leur identité sociale, ou rappelaient des droits et des prérogatives octroyés à leurs ancêtres par des êtres surnaturels, ou des leçons qu'ils avaient apprises lors de rencontres mythiques avec les mammifères, les oiseaux, les poissons ou d'autres êtres figurant sur les emblèmes transmis de génération en génération.

Le concept abstrait de l'art pour l'art n'avait guère de signification pour les Haïdas, mais c'étaient des artisans d'une valeur exceptionnelle qui s'efforçaient constamment d'améliorer leurs techniques. Habitant un archipel où bon nombre des ressources naturelles précieuses du continent étaient absentes -- par exemple la chèvre des Rocheuses ou le mouflon, les grands bancs d'eulakane, les pigments minéraux et les pierres et métaux spécialisés pour les outils --, les Haïdas commencèrent il y a environ 2 000 ans à commercer afin de tenir leur rang parmi leurs voisins. Ils offraient en échange des produits d'artisanat de qualité, en particulier leurs exceptionnelles pirogues, mais aussi un grand nombre d'objets tels que des coffres sculptés et peints, ainsi que des articles appropriés aux potlatchs de toutes les autres tribus de la côte septentrionale.

Ils importaient les matières premières qui leur manquaient et les transformaient en produits très raffinés qu'ils vendaient ensuite à d'autres tribus de l'île de Vancouver et du continent. Ils fabriquaient notamment des boucliers de cuivre, des bijoux d'argent et de cuivre (à partir de la fin du XVIIIe siècle) ainsi que des bols, des louches et des cuillers en corne, et peut-être des couvertures en laine de chèvre. Les Haïdas excellaient dans la fabrication et la gravure des boucliers de cuivre, et des spécimens de leur production ont été recueillis chez les Tsimshians, les Tlingits, les Kwakwaka'wakws (ou Kwakiutls) et de nombreux autres peuples de la côte.

Dès après les premiers contacts, les Haïdas adaptèrent leur production artistique aux besoins des Européens et des Américains. Tout comme les marchands, afin de pourvoir aux besoins des Haïdas, faisaient à bord des navires des instruments de fer et de cuivre, et même des articles vestimentaires, les Haïdas créèrent des articles d'art et d'artisanat susceptibles de plaire aux marchands. Les plus populaires étaient les petites sculptures en argilite (une pierre noire tendre), les articles en ivoire et en argent ainsi que de très nombreux «souvenirs» de bois et de vannerie. Des milliers de ces articles, recueillis avant la fin de la traite de la loutre de mer dans les années 1830, se sont retrouvés dans les États de Nouvelle-Angleterre et les îles Britanniques. Un bon nombre figurent dans des collections de musées.

Le style artistique de la côte septentrionale
Le dessin plat
La sculpture



haut