Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéLa Grèce antiqueGrèce : Les secrets du passéLe film IMAXGrèce : Les secrets du passéSujets connexesGrèce : Les secrets du passéPour les enseignantsGrèce : Les secrets du passé
Grèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passéGrèce : Les secrets du passé
IntroductionS'amuser en familleLiensCrédits
Les Jeux olympiques

Les premiers Jeux olympiques de l'Antiquité ont lieu en 776 av. J.-C. à Olympie, lieu sacré dédié à Zeus, le roi des dieux. (Il ne faut pas confondre Olympie, qui est située dans la vallée de l'Alphée, dans le sud de la Grèce, et l'Olympe, le séjour légendaire des principaux dieux grecs, qui se trouve dans le nord de la Grèce.) Tous les quatre ans pendant 1200 ans environ, les Jeux ont lieu à Olympie, soit 293 Jeux successifs. Dans la Grèce antique, il est très important de faire un pèlerinage à Olympie pour assister aux Jeux et participer aux festivités, y compris les sacrifices qu'on offre à Zeus. Bien des gens font le voyage plusieurs fois. Vers 400 apr. J.-C., les empereurs romains, qui sont chrétiens, interdisent les Jeux, y voyant un festival païen qui entrave l'expansion du christianisme.

Les douze premiers Jeux environ ne comportent qu'une épreuve, le stadion (course de 200 m). La distance correspond à la longueur de la piste du stade. Au début, les Jeux durent une seule journée, mais cela change à mesure qu'on ajoute des épreuves. Les athlètes, tous mâles, participent nus. Puisque les chronomètres n'existent pas, on n'enregistre pas les temps des vainqueurs, mais on consigne méticuleusement les noms de ces derniers et les épreuves qu'ils remportent au cours des années. En 724 av. J.-C., on inclut une course de 400 m, puis s'ajoutent successivement d'autres épreuves (lutte, boxe, courses de chars, pentathlon, courses plus longues), rendant les Jeux plus populaires et contribuant à leur succès.

Puisque les personnes qui se déplacent pour assister aux Jeux font un pèlerinage religieux, quiconque entrave leur passage commet un sacrilège contre Zeus lui-même, une chose que les Grecs ne prennent pas à la légère. On suspend les guerres et les querelles personnelles, et les bandits et les mercenaires prennent congé pour que les voyageurs puissent faire l'aller-retour en toute sécurité. Le voyage peut être tout un défi, selon le temps et la distance à parcourir. Malgré les difficultés, un nombre remarquable de Grecs, y compris Socrate, font le voyage, plus d'une fois.

Socrate donne le conseil suivant à quelqu'un qui hésite à faire le trajet :

« De quoi avez-vous peur? Vous marchez toute la journée à Athènes, n'est-ce pas? Vous vous rendez chez vous pour dîner, n'est-ce pas? Et pour souper? Et pour dormir? Vous voyez, si vous tenez compte de la distance que vous couvrez normalement en cinq ou six jours, vous pouvez facilement faire le trajet d'Athènes à Olympie. »

Pour les athlètes, ce n'est pas seulement une question de se présenter le jour de l'épreuve et de participer. Trente jours avant le début des Jeux, ils doivent s'inscrire en personne devant les dix juges olympiques. Nombre d'entre eux sont accompagnés par leurs entraîneurs personnels. Tout d'abord, les juges confirment que les athlètes sont vraiment grecs et ont le droit de participer. Ensuite, ils s'assurent que ceux qui veulent participer peuvent le faire au plus haut niveau. À cette fin, les juges proposent des essais et des exercices visant à éliminer ceux qui sont en bas de l'échelle. Les concurrents mangent ensemble à la cantine pour que personne n'ait recours à des recettes secrètes ni à des potions magiques qui puissent leur donner un avantage. Chose intéressante, ces Jeux ne comprennent pas de sport d'équipe.