La civilisation maya


Glossaire maya


Ahau
Mot maya signifiant «roi» ou «souverain suprême».
Ah kin
Grand prêtre.
Atl-atl
Propulseur à javelines.
Bacab
Classe de divinités importantes.
Balam (pl. Balamob)
Esprit du jaguar. Il y en a quatre qui montent la garde pour chasser les démons des villages et des maisonnées mayas, encore de nos jours. Les balamob, gardiens des champs de maïs, sont des esprits bienveillants, bien que redoutés.
Balché
Vin fortement alcoolisé.
Cenote
Point d'eau naturel. Le mot cenote vient de la corruption, par les Espagnols, du terme maya dzonot, qui représente de grandes dolines circulaires résultant de l'effondrement de cavernes calcaires. L'eau des cenotes est filtrée à travers le calcaire et constitue l'une des principales sources d'eau potable pour les Mayas. Les Mayas, dans les temps primitifs, installaient leurs établissements autour des cenotes.
Chicle
Jus de sapotille qui sert à la fabrication de la gomme à mâcher.
Chilan
Devin ou médium.
Chultun (pl. Chultunob)
Citerne en forme de bouteille construite sous terre par les Mayas. L'entrée de ces réservoirs était entourée de revêtements en plâtre qui dirigeaient l'eau de pluie dans les chultunob durant les saisons pluvieuses.
Corte
Jupe longue traditionnelle portée par les femmes amérindiennes.
Haab
Un des trois calendriers mayas et celui qui, par sa longueur, correspond le plus au nôtre. Les archéologues appellent aussi le haab «l'année vague» parce qu'il comporte 365 jours et qu'il est environ d'un quart de jour plus court que l'année solaire actuelle.
Halach Uinic
Littéralement «le chef des hommes» - un chef ou un roi.
Huipel
Vêtement maya traditionnel : une robe portefeuille en coton tissé laissant les épaules nues.
K'awil
Mot maya signifiant «nourriture» ou «aumône», offerte aux dieux. Il pouvait s'agir de n'importe quelle substance précieuse -- sang, sperme, sève, pâte de maïs, résine des arbres, caoutchouc, etc. Le dieu de la nourriture s'appelle K'awil.
Lacandón
Région de forêts tropicales entre le Petén et les versants est des hautes terres du Chiapas. C'est aussi le nom du peuple maya qui habite cette région.
Ladino
Métis d'origine maya et espagnole.
Manta
Pièce de tissu de forme carrée servant de mante ou de couverture; les Mayas la portent encore aujourd'hui.
Maya
Le peuple maya est apparu aux alentours de 2600 av. J.-C. et il a atteint son apogée vers 250 apr. J.-C. dans le territoire constitué aujourd'hui par le Mexique, le Guatemala, le Belize, le Honduras et le Salvador. Héritiers des inventions et des concepts provenant de civilisations plus anciennes, les Mayas ont mis au point l'astronomie, des calendriers, l'écriture hiéroglyphique, l'architecture cérémoniale et la maçonnerie sans outils de métal. La civilisation maya a commencé à péricliter vers l'an 900 apr. J.-C., bien que certains centres périphériques aient continué à prospérer jusqu'à la conquête espagnole, au début du XVIe siècle.
Le maya
Famille linguistique des peuples mayas, comprenant 31 langues mutuellement inintelligibles.
Méso-Amérique
Région ethno-géographique de l'Amérique centrale, qui comprenait le Guatemala, le Belize, les confins nord-ouest du Honduras et du Salvador ainsi que les États mexicains du Yucatán, de Quintana Roo, de Campêche et une partie de Tabasco.
Milpa
Mot maya désignant le champ de maïs.
Nacom
Commandant militaire maya.
Olmèque
Culture méso-américaine très raffinée de la côte du golfe du Mexique qui a connu son apogée de l'an 1200 à l'an 600 av. J.-C. Les Olmèques ont influencé l'essor et le développement d'autres grandes civilisations de la Méso-Amérique, comme celle des Mayas, et ils ont probablement été les premiers à construire de vastes centres religieux et cérémoniels aménagés de temples surélevés, de sculptures monumentales, de gigantesques autels et de systèmes perfectionnés d'irrigation et de lagunes. Les Olmèques ont probablement aussi été les premiers Méso-Américains à concevoir les symboles d'écriture sous forme de glyphes et le calendrier de 260 jours.
Petén
Partie septentrionale du Guatemala. Largement recouverte de forêts tropicales, Petén était le centre de la civilisation classique maya jusqu'à son effondrement, après quoi la région a été en grande partie abandonnée.
Pok-a-tok
Jeu de balle maya.
Pom
Résine de l'ailante glanduleux, que les Mayas utilisaient pour fabriquer du caoutchouc, de la gomme à mâcher et de l'encens.
Quetzal
Oiseau rare d'Amérique centrale. Les rois mayas le prisaient hautement à cause de ses brillantes plumes bleu-vert. La queue du mâle atteint près de 60 cm. de longueur. Cet oiseau est aujourd'hui pratiquement disparu.
Sacbe
Littéralement «chemin blanc»; chaussée de pierres qui reliait entre eux les édifices et les établissements mayas.
Tecomates
Urnes sans goulot à paroi fine qu'utilisaient les archéologues pour dater les sites mayas.
Toltèques
Les Toltèques ont gouverné une grande partie du territoire maya au Mexique central du Xe au XIIe siècle apr. J.-C. Les Toltèques, principaux dépositaires de la civilisation maya, ont été le dernier peuple méso-américain dominant avant l'arrivée des Aztèques. La capitale toltèque était Tula, située à 80 km au nord de Mexico. Les ruines toltèques les plus impressionnantes se trouvent toutefois à Chichén Itzá au Yucatán, où une partie de la culture toltèque a survécu après la chute de cette civilisation au Mexique central.
Tzolkin
Calendrier maya de 260 jours également connu sous le nom de cycle sacré.
Uayeb
Les cinq jours funestes du calendrier maya haab de 365 jours.
Witz
Le premier montagne du récit de la Création: les temples sont des représentations.
Xibalbá
Le Monde inférieur maya où vont les gens quand ils meurent.
Yucatán
Patrie des premiers Mayas, qui s'est par la suite étendue au Guatemala, au Belize, au Honduras, au Salvador ainsi qu'à d'autres provinces du Mexique. Les Mayas appelaient aussi le Yucatán «Terre du dindon et du cerf» en raison de l'abondance de la faune comestible qui s'y trouvait.

Le panthéon maya

La Première Mère et le Premier Père
La Première Mère et le Premier Père sont le Couple Créateur décrit dans le Popol Vuh. Tous les autres dieux qui sont apparus ensuite sont les rejetons de ce couple. La Première Mère, la déesse de la Lune, est née six ans avant le Premier Père, Hun Nal Ye. Également connu sous les noms de dieu du Maïs et de Serpent à plumes, le Premier Père est celui qui a présidé à la nouvelle création du cosmos.
Hunahpu et Xbalanque
Ces Jumeaux héroïques ont vaincu les forces de la mort, permettant ainsi la création des humains. On les représente habituellement avec des bandeaux de tissu rouge et blanc, qui sont un symbole d'autorité chez les Mayas. Le visage de Hunahpu sert de glyphe pour le jour dont le nom est Ahau, signifiant roi.
Les patrons de l'écriture
Les Jumeaux héroïques avaient deux frères plus âgés qui étaient jaloux d'eux et faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour rendre la vie impossible à leurs frères cadets. Les Jumeaux héroïques transformèrent leurs frères en singes, qui devinrent les dieux protecteurs des scribes.
Le dieu du Maïs
Tout comme le dieu du Soleil, le dieu du Maïs est associé à la vie et à la mort. Il traverse le ciel, descend dans le Monde inférieur, où il renaît et retourne dans le Monde céleste. L'aspect aplati et allongé du front de cette divinité est souvent accentué par le fait qui sa tête et ses sourcils sont en partie épilés, ce qui ne lui laisse sur le dessus de la tête que des touffes de cheveux ressemblant à un épi de maïs mûr. Les membres de l'élite maya s'efforçaient de modifier la forme des crânes des enfants pour leur donner celle, plus allongée, du dieu du Maïs en maintenant la tête de l'enfant entre deux planches.
Itzam-Yeh -- l'Oiseau céleste
Également appelé Oiseau-serpent et Sept-Ara, Itzam-Yeh est associé aux quatre coins du monde décrits dans le récit de la création. Il délimitait également les quatre coins du temple, établissant ainsi la sommet de la montagne sacrée.
Itzamná -- le seigneur de cieux
Itzamná, ou «Maison du lézard», est un dieu de haut rang qui fut le premier chaman et le premier devin; le mot itz peut signifier chaman, quelqu'un capable d'ouvrir le portail menant au monde des esprits. L'élite maya le considérait comme une forme ancienne de la divinité suprême et omnipotente. Les rois et les chamans mayas s'adressent à Itzamná pour le supplier d'ouvrir la voie afin que la nourriture sacrée soit abondamment dispensée au monde, assurant la survie de l'humanité. Ce dieu est également l'inventeur de l'écriture et le patron du savoir et des sciences.
K'awil - le dieu de la nourriture
K'awil est associé au pouvoir royal, qui tire son origine des dieux. Il est souvent représenté sur des sceptres tels que ceux que tenaient les souverains au cours des cérémonies rituelles entourant leur accession au trône.
Le dieu du Soleil-Jaguar
Le tout-puissant dieu du Soleil demeure dans les plus hautes sphères célestes. Lorsqu'il parcourt le ciel pendant le jour, son nom est Kinich Ahau. Lorsque le soleil tombe dans la Porte de l'Ouest et entre dans le Monde inférieur, il devient le terrifiant dieu Jaguar.
Ix Chel - Dame Arc-en-ciel
L'épouse du dieu suprême Itzamná, elle préside au tissage, à la médicine et aux accouchements. Tout comme la Première Mère, elle est une déesse lunaire et qu'on représente assise dans un symbole lunaire tenant un lapin.
Chac -- le dieu de la Pluie et le Monstre cosmique
Chac est un monstre à l'aspect de dragon avec une tête de crocodile et des oreilles de cerf. Comme il habite le périmètre du cosmos, ce monstre cosmique délimite la voie entre les mondes naturel et surnaturel. Dans l'histoire de la création, des Chac se tiennent aux quatre coins du monde. Ils faisaient tomber la pluie en versant leur sang; ils provoquaient les éclairs en projetant leurs lances de pierres. Chac était également le nom donné aux aînés mayas qui assistaient aux cérémonies et aux sacrifices.
Les Seigneurs de la Mort
De nombreux dieux mayas habitent le Monde inférieur. Les Seigneurs de la Mort sont représentés commes des squelettes ou d'horribles êtres bouffis portant des ornements tels que des globes oculaires arrachés aux morts.
Le monstre Witz
Le monstre Witz est le symbole de la montagne vivante. On plaçait des représentations de cette créature sur les temples pour les transformer en montagnes vivantes sacrées. Le monstre Witz est représenté avec un visage zoomorphe, une énorme bouche béante et une fissure dentelée au centre du front. La bouche ouverte devenait l'entrée de la montagne.

Plus de renseignements :
Gods of the Maya
(en anglais)