Recherche et Collections

Recherche et Collections

Publications 2012

 

Vodou

Vodou
par Mauro Peressini et Rachel Beauvoir-Dominique
novembre 2012, ISBN 978-0-660-97451-4
108 pages, 67 images, 15 x 15 cm, broché
Comprend 15 $ de bons de réduction pour le Musée et des rabais pour devenir membre.
9,95 $ (aussi en anglais)

Commandez maintenant >

L’exposition Vodou comprend plus de 300 artefacts étonnants issus de la Collection Marianne Lehmann, collection connue dans le monde entier. Vodou démystifie une tradition spirituelle toujours très vivante en Haïti et parmi les Haïtiens de la diaspora. Façonné par des siècles d’esclavage, d’oppression et de résistance, le vodou haïtien se trouve à des lieues des mythes véhiculés par Hollywood. C’est à la fois une spiritualité et un mouvement culturel qui célèbre le passé et le présent du peuple haïtien. Dans ce catalogue souvenir, plus de 60 magnifiques photographies témoignent de la vitalité du vodou haïtien dont sont empreints les artefacts de l’exposition. L’iconographie s’accompagne de textes explicatifs et descriptifs qui permettent au lecteur de mieux comprendre la complexité de cette spiritualité et la fascination qu’elle continue d’exercer.

Mauro Peressini est le conservateur responsable du Sud-Ouest de l’Europe et de l’Amérique latine au Musée canadien des civilisations (MCC). Il détient un doctorat en anthropologie de l’Université de Montréal et ses domaines de recherche sont l’immigration au Canada, les identités socioculturelles, le multiculturalisme et, plus récemment, les religions au Canada. Parmi ses expositions antérieures au MCC, mentionnons Presenza : un nouveau regard sur l’héritage italo-canadien, Pompeii et Les Grecs.

Rachel Beauvoir-Dominique est anthropologue et membre fondatrice de la Fondation pour la préservation, la valorisation et la production d’oeuvres culturelles haïtiennes et d’autres organisations à finalité apparentée. Elle est coauteure, avec Didier Dominique, de Savalou E, livre primé par la Casa de las Américas. Elle est également auteure de L’ancienne cathédrale de Port-au-Prince : perspectives d’un vestige de carrefours ainsi que de nombreux articles. Professeure à l’Université d’État d’Haïti, elle fut directrice du Département d’anthropo-sociologie et responsable de la section Culture du Vice-rectorat à la recherche. Elle a contribué à la présentation des versions européennes de l’exposition Vodou et participe en tant qu’experte à de nombreux congrès internationaux.

Une histoire culturelle de l’uniforme infirmier

Une histoire culturelle de l’uniforme infirmier
par Christina Bates
novembre 2012, ISBN 978-0-660-97443-9
284 pages, 153 images, 22 x 27 cm, broché
39,95 $ (aussi en anglais)

Commandez maintenant >
Lisez un chapitre > (fichier PDF, 4,4 Mo)

Le gagnant du Millia Davenport Publication Award 2013 décerné par la Costume Society of America.

Cette toute première analyse en profondeur des vêtements portés par le plus grand groupe de professionnels du système de santé se penche sur le rôle de l’uniforme dans la création de l’identité infirmière depuis plus de cent ans.

L’adoption de l’uniforme infirmier à la fin du XIXe siècle relevait d’une stratégie de légitimation des premières écoles de nursing en Amérique du Nord. D’abord variés et expérimentaux, les modèles des uniformes empruntèrent, dès le début du XXe siècle, à la mode du temps mais aussi aux tenues militaires, scientifiques et religieuses. L’uniforme sera bientôt standardisé pour être essentiellement composé d’une robe bleue ou rose ainsi que d’une coiffe, d’une bavette et d’un tablier immaculés et fortement empesés. Il restera le même jusque dans les années 1970 alors que les changements sociaux et une nouvelle conception de l’éducation en sonneront le glas, la tenue de chirurgie, plus pratique, étant généralement adoptée. En s’arrêtant aux considérations d’âge, de sexe, de classe et d’origine ethnique, ce livre montre que l’uniforme contribue à une nouvelle culture du nursing et à la réflexion sur le travail infirmier.

Abondamment illustrés d’images de vrais vêtements et de plus de 150 caricatures, dessins et photographies d’époque, les dix chapitres de cet ouvrage traitent de l’uniforme à l’hôpital, dans les écoles et les résidences d’infirmières, et dans la collectivité. Une histoire culturelle de l’uniforme infirmier saura intéresser les infirmières et les infirmiers, les historiens et les spécialistes du costume.

« L’uniforme est riche de signification et Christina Bates réussit d’une main de maître à en révéler tous les aspects. Elle a judicieusement centré ses recherches sur les artefacts existants ainsi que sur les témoignages apportés par une grande diversité de sources visuelles et écrites. Ce livre, rédigé avec érudition et brio, constitue une contribution inestimable à l’étude du vêtement et de la société. »
Jane Farrell-Beck, professeure émérite, Université d’État de l’Iowa

« Voilà un livre important qui situe l’uniforme non seulement dans le contexte scolaire et hospitalier mais dans le milieu de vie même de l’infirmière. Le rôle de l’uniforme dans la création de l’identité infirmière est un aspect du nursing dont l’étude approfondie faisait défaut. Les spécialistes de l’histoire des soins infirmiers y verront une lecture incontournable. Une histoire culturelle de l’uniforme infirmier rappellera aux infirmières qui ont porté l’uniforme une foule de souvenirs et sera une source d’inspiration pour celles qui leur ont succédé. »
Dre Meryn Stuart, professeure agrégée (à la retraite) de l’École des sciences infirmières et directrice de l’Unité de recherche sur l’histoire des sciences infirmières

« Voilà un livre de belle facture qui nous permet d’approfondir nos connaissances. Je suis très heureux qu’il puisse faire partie des archives du Fashion History Museum… Cet ouvrage ajoute un chapitre important à l’histoire du Canada. »
Kenn Norman, The Fashion History Museum

Christina Bates est conservatrice, Histoire de la vie privée au Canada, au Musée canadien des civilisations. Elle s’intéresse de près à l’histoire des soins infirmiers depuis 1999 alors qu’elle participe à la création de la Collection sur l’histoire des soins infirmiers au Canada. En 2005, elle était conservatrice en chef de l’exposition Une histoire de coeur – des siècles de soins infirmiers au Canada . Elle a codirigé la publication de Sans frontières – Quatre siècles de soins infirmiers canadiens, livre qui accompagnait cet événement.

Les quatre guerres de 1812

Les quatre guerres de 1812
par D. Peter MacLeod
juin 2012, ISBN 978-1-77100-106-9
96 pages, 20 x 21,5 cm, broché
19,95 $ (aussi en anglais)

Commandez maintenant >

Il existe plusieurs versions d’une même histoire. La guerre de 1812, quant à elle, en propose quatre. Les Canadiens y voyaient une invasion américaine. Les Américains, une lutte contre la Grande-Bretagne. Les Britanniques, une agaçante diversion aux guerres napoléoniennes qui ravageaient alors l’Europe. Et les Autochtones américains, dont on oublie souvent le rôle important, une lutte désespérée pour la liberté, l’indépendance et la défense de leurs territoires.

Les Canadiens comme les Américains ont fait fond, entre autres, sur leur propre récit de la guerre de 1812 pour bâtir leur pays. Chacune des quatre parties au conflit a mené sa guerre et en garde des souvenirs bien distincts. Le magnifique ouvrage de Peter MacLeod, publié dans le cadre du 200e anniversaire du triste déclenchement de cette guerre, raconte quatre histoires différentes, qui correspondent aux perspectives bien particulières de ses protagonistes.

Grâce aux nombreuses images tirées de la collection du Musée canadien de la guerre et aux textes fouillés de Peter MacLeod, historien de renom, cet ouvrage fascinant jette un éclairage nouveau sur cet épisode marquant de l’histoire de l’Amérique du Nord.

D. Peter MacLeod, historien de la période ayant précédé la Confédération, est le conservateur de l’exposition 1812 créée par le Musée canadien de la guerre. Spécialiste du Canada du XVIIIe siècle, il est l’auteur des livres intitulés Les Iroquois et la guerre de Sept Ans et La vérité sur la bataille des plaines d’Abraham. Il vit à Ottawa, en Ontario.

Les secrets de la civilisation Maya
par Justin Jennings, Martha Cuevas García et Roberto López Bravo
avril 2012, ISBN 978-0-660-97446-0
72 pages, 65 images, 20,32 x 12,70 cm, broché
7,95 $ (aussi en anglais)

Commandez maintenant >

Enveloppée de mystère depuis des siècles, la culture des Mayas anciens est enfin révélée. Ce livre et l’exposition qui l’accompagne présentent une vue d’ensemble captivante et actualisée de cette civilisation légendaire qui a connu un apogée incroyable il y a mille ans en Méso-Amérique puis s’est éteinte mystérieusement. Découvrez des pyramides majestueuses construites pour les dieux mais abandonnées dans la jungle. Apprenez l’histoire des rois divins, les rituels mortels et les réalités de la vie quotidienne. Laissez-vous émerveiller par des systèmes de mesure du temps et d’écriture qui intriguent les spécialistes et les mettent à l’épreuve depuis des générations. Ce catalogue de 72 pages faisant autorité contient plus de 60 images en couleur d’artefacts exceptionnels.

Stratégie de recherche

Stratégie de recherche
Rechercher toutes les collections

Photo de la semaine

Publications

Voir les publications du Musée canadien de l’histoire!Voir nos publications

Histoire militaire

Visitez le Centre de recherche sur l'histoire militaire!Centre de recherche sur l'histoire militaire