Menu Principal Mystères de l'Égypte

Menu Civilisation égyptienne
Menu Architecture

La pyramide,
métaphore de l'esprit humain

MCC PCD 2001-301-053

Les psychologues jungiens se servent de la forme de la pyramide pour illustrer les étapes du développement de l'esprit humain de l'immaturité à la maturité. Dotée de quatre faces et d'un faîte central, la pyramide sert de modèle pour des archétypes (modes universels de comportement humain).

Dans King, Warrior, Magician and Lover, les auteurs, Robert Moore et Douglas Gillette, expliquent comment la métaphore de la pyramide peut servir à illustrer des aspects de la psychologie masculine.

« Les quatre archétypes de l'enfance, possédant chacun une structure triangulaire, peuvent être réunis pour former une pyramide représentant la structure de l'identité naissante du garçon, son moi masculin immature. Cela vaut également pour la structure du moi masculin mûr (...) l'homme adulte ne perd pas ce qui le caractérisait enfant, et les archétypes qui constituent la base de l'enfance ne disparaissent pas. Comme les archétypes ne peuvent disparaître, l'homme mûr transcende les pouvoirs masculins de l'enfance, construisant sur leur base au lieu de les démolir. La structure du moi masculin mûr qui en résulte est donc une pyramide édifiée sur une pyramide... Il ne faut pas prendre ces images au pied de la lettre, mais nous affirmons que les pyramides sont des symboles universels du moi humain. »

Dans une note à la page 15, les auteurs déclarent que la structure du moi chez la femme est aussi de forme pyramidale. Lorsque les pyramides du moi masculin et du moi féminin sont mises bout à bout, elles représentent le soi jungien, qui inclut des qualités tant masculines que féminines.




menu principal |  civilisation |  architecture |  tombes |  pyramides