Menu Principal Mystères de l'Égypte

Menu Civilisation égyptienne
Menu Écriture

Les scribes

Scribe.  Dessin : Winnifred Neeler, Musée royal de l'Ontario; 
MCC PCD 2001-310-019 La langue ancienne était écrite par des scribes qui devaient suivre, dès un jeune âge, un long apprentissage avant de maîtriser l'art de l'écriture. La capacité d'écrire garantissait un rang supérieur dans la société, et des promotions étaient possibles. L'ascension dans l'échelle sociale était difficile, mais demeurait possible par le biais de réalisations exceptionnelles dans l'armée et dans des professions telles que celle des scribes.

Deviens un scribe. Cela t'évitera de peiner et te préservera de tout type de travail. Cela t'évitera de porter houe et pioche, et tu n'auras donc pas à coltiner un panier. Tu n'auras pas besoin de manier la rame et tu t'épargneras toutes sortes d'épreuves.

Extrait d'un texte utilisé sous le Nouvel Empire pour l'instruction des scribes. Cité dans The Egyptians, compilé par Sergio Donadoni.

Le matériel du scribe consistait en une palette de pierre ou de bois contenant deux pains d'encre, généralement rouge et noire, un sac de cuir ou un pot rempli d'eau et un jeu de brosses de roseau. Les pigments étaient produits à partir de composés minéraux. L'oxyde de fer donnait le jaune, l'ocre le rouge, le charbon le noir, et le carbonate de calcium ou le sulfate de calcium le blanc. On obtenait le bleu et le vert à partir d'un composé de silice, de cuivre et de calcium. On ajoutait aux composés divers liants, dont de l'eau, de la gomme, de la gélatine, de la cire et des blancs d'œufs. La peinture était appliquée au moyen de pinceaux, et les lignes fines étaient souvent dessinées avec des bâtonnets de bois.

MCC ECD 98-013-033 MCC S97-10865; 
PCD 2001-273-039
Scribes. L'hiéroglyphe qui signifiait «scribe» dépeignait son matériel.
Peinture moderne sur papyrus.
Matériel du scribe.
Replique.

Pour réaliser le support d'écriture semblable à du papier, on enlevait l'extérieur des tiges de papyrus et on découpait l'intérieur en minces bandes. On trempait celles-ci dans l'eau et on les battait pour déchiqueter et aplatir les fibres. Ensuite, on les disposait en couches verticales et horizontales pour produire une feuille, que l'ont battait à son tour pour bien souder les bandes. On plaçait des poids sur les feuilles tandis qu'elles séchaient. Lorsqu'elles étaient sèches, on les enroulait et les entreposait en attendant de les utiliser.

Les dessinateurs

Les dessinateurs étaient des scribes spécialisés dans le dessin. Certaines tombes contiennent des peintures inachevées illustrant les étapes de la production des peintures des tombes. Les jeunes dessinateurs traçaient les scènes à l'ocre rouge directement sur les murs et les dessinateurs de grade supérieur apportaient des corrections en noir. Dans certains cas, les figures étaient sculptées en relief et peintes.

Drawing: Catherine Fitzpatrick Les dessinateurs employaient un procédé qui fait paraître raides les figures qui sont debout ou assises. À l'aide d'une grille traditionnelle de 18 carrés, ils esquissaient les figures selon un modèle prédéterminé, ne cherchant aucunement à rendre la perspective. Par exemple, si une figure assise apparaît de profil, la jambe intérieure est dessinée derrière la jambe extérieure, mais de la même dimension.



Cliquez sur la section désirée
menu principal |  civilisation |  écriture