Main Menu

Néandertal

Exposition spéciale

Néandertal

Du 17 mai 2019 au 26 janvier 2020

Planifiez votre visite

Créature des cavernes ou proche parent? Partez à la rencontre de l’homme de Néandertal, un être longtemps considéré comme primitif, mais en réalité beaucoup plus proche de nous qu’on ne le croyait.

Cette grande exposition du Muséum national d’Histoire naturelle (France) jette un nouveau regard sur cette espèce du genre Homo grâce aux plus récentes découvertes scientifiques. Elle réunit pour la première fois des fossiles exceptionnels rarement exposés au public en dehors de l’Europe.

Grand chasseur, l’homme de Néandertal façonnait la pierre, maitrisait le feu et enterrait ses morts. Il a peuplé l’Europe et l’Asie pendant 300 000 ans avant de disparaitre mystérieusement il y a 30 000 ans.

Une exposition originale conçue par le Muséum national d’Histoire naturelle – Musée de l’Homme (Paris) et adaptée par le Musée canadien de l’histoire, avec le soutien du gouvernement du Canada.

© Sculpture Elisabeth Daynes, Neanderthal-La Chapelle-aux-Saints. Photo : S. Entressangle.

 

À propos de l’exposition

Cette exposition comprend les trois sections décrites ci-dessous.
Découvrez le vrai visage de Néandertal, notre cousin humain à la fois empathique et social, qui savait chasser, façonner la pierre et maitriser le feu.

L’évolution de Néandertal

Pendant plus de 300 000 ans, Néandertal a vécu dans différents types d’environnements en Europe, en Asie du Sud-Ouest et en Asie centrale, allant des forêts de feuillus aux prairies, en passant par la toundra et les déserts de glace. Il a prospéré dans des milieux aux climats souvent extrêmes, qui alternaient entre les périodes glaciaires et les températures chaudes, cohabitant avec des animaux dangereux.

Bien que dépeint comme un être vivant dans les cavernes, Néandertal aménageait surtout des abris en plein air. Un chantier de fouille reconstitué offre un aperçu des aires désignées pour des activités précises, comme la confection d’outils en pierre et la cuisson d’aliments au-dessus d’un foyer. Vous pourrez découvrir les compétences avancées de Néandertal en ce qui a trait à la fabrication d’armes et d’outils, qui témoignent des conditions extrêmes dans lesquelles cette espèce a dû évoluer.

En outre, cette section présente l’héritage de M. Henri-Marc Ami (1858-1931), qui a fondé l’École canadienne de la préhistoire en France et qui a expédié un grand nombre d’artéfacts au Canada, dont un grand ours des cavernes qui se trouve maintenant au Musée canadien de la nature.

Découvertes associées à Néandertal

Crâne et mandibule

Crâne et mandibule du vieil homme de La Chapelle-aux-Saints
Os fossiles
La Chapelle-aux-Saints, France
Il y a entre 45 000 et 57 000 ans
© MNHN – J.C Domenech

Le physique de Néandertal reflète près de 300 000 ans d’évolution. On a d’abord pensé que les premiers ossements mis au jour, en 1856, appartenaient à une espèce distincte. Ils ont été faussement associés aux singes, avant d’être classés comme ceux d’une race inférieure. Ce stéréotype s’est perpétué dans l’art, lorsque des scientifiques du XIXe siècle ont demandé aux artistes de produire des interprétations créatives représentant Néandertal comme une brute.

Sous l’influence de la pensée coloniale, les scientifiques ont utilisé la pseudoscience de la phrénologie – l’étude de la taille et de la forme des crânes – pour concevoir une fausse hiérarchie qui déshumanisait Néandertal. Une grande partie de son cerveau était consacrée aux cinq sens et à la coordination du corps, ce qui, selon des scientifiques, aurait laissé peu de place à la réflexion abstraite. Pourtant, la science montre maintenant que les deux principaux centres linguistiques du cerveau de Néandertal étaient bien développés. En plus de témoigner d’une intelligence certaine, ces êtres préhistoriques possédaient des compétences en matière de culture et de vie en société. Ils recueillaient de belles pierres et des coquillages, utilisaient des pigments pour s’exprimer, portaient des bijoux et enterraient leurs morts.

Après plus de 160 ans, les recherches sur les vestiges et les ossements néandertaliens fossilisés continuent de donner forme à notre compréhension de la dynamique sociale, de l’expression artistique et de la pensée complexe de Néandertal.

Comprendre Néandertal

Élargir les connaissances sur les espèces préhistoriques

Photo : Janet Kimber

De nouvelles découvertes et des outils scientifiques avancés, dont l’analyse de l’ADN, ont permis d’élargir considérablement les connaissances sur les espèces préhistoriques. Il est aujourd’hui possible d’obtenir beaucoup d’informations à partir d’une seule dent : celle-ci peut révéler l’origine même de l’existence humaine. Grâce à la plaque dentaire, aux excréments fossilisés et aux signatures génétiques uniques que cela a permis de produire, les scientifiques ont été en mesure de déterminer l’alimentation de Néandertal, les types de germes qu’il a pu héberger et avec qui il partageait son environnement.

L’analyse ADN révèle que Néandertal et Homo sapiens (l’humanité moderne) ont un ancêtre commun. Tandis que Néandertal vivait en Europe et en Asie, Homo sapiens cheminait en Afrique, jusqu’à ce que certains individus se retrouvent au Moyen-Orient. Les vestiges de ces rencontres se retrouvent chez l’humanité moderne, en dehors de l’Afrique, qui porte entre 1 et 4 % d’ADN néandertalien. De plus, des sépultures ont été trouvées en Israël, contenant des objets utilisés par les deux espèces, ce qui témoigne d’un partage de l’espace physique, de la culture et des connaissances.

De nombreuses hypothèses expliquent la disparition de Néandertal, allant d’une trop grande concurrence à un manque d’intelligence. Sur les cinq espèces originales d’hominidés qui existaient en même temps que lui, nous sommes la seule à avoir survécu. L’exploration des raisons de la disparition de Néandertal soulève des questions existentielles sur les raisons de notre propre survie et sur ce que l’avenir réserve à l’humanité.

Saviez-vous que Néandertal…

… a commencé à façonner des outils uniques en leur genre il y a 300 000 ans? La production de ces outils exigeait non seulement des habiletés, mais aussi une grande intelligence et beaucoup de planification et de préparation.

… a peut-être été le premier « artiste » européen? Les pigments retrouvés à de nombreux sites ont peut-être servi à se peindre le corps ou à créer des œuvres, notamment celles qui ont été retrouvées dans des cavernes.

… enterrait ses morts? Cela est reflété dans la façon dont les corps sont disposés dans les tombes et par l’inclusion d’objets funéraires.

… s’y connaissait assez bien en médecine naturelle? Il se servait de plantes médicinales pour traiter des affections semblables aux nôtres, comme les rhumatismes, l’arthrite, le cancer, les abcès dentaires et… les problèmes de digestion. Il consommait même des moisissures contenant un antibiotique naturel.

… avait un régime varié basé sur ce qu’il trouvait aux alentours? Il mangeait du mammouth, de petits mammifères, des plantes, des noix, du poisson, des mollusques, des tortues, des reptiles, des oiseaux, et même des mammifères marins.

… avait de nombreuses caractéristiques physiques semblables à celles de ses ancêtres et de l’humanité moderne? Il en avait aussi qui lui étaient propres : une petite taille, un corps trapu avec un squelette solide, des muscles puissants, une cavité thoracique en forme de gros tonneau et des avant-bras courts.

… était un artisan extraordinaire? Talentueux et capable d’adaptation, il n’a pas seulement créé des outils complexes, il a aussi façonné des objets décoratifs, utilisé des pigments et peut-être créé des expressions symboliques.

… a peut-être été un collectionneur préhistorique? On a trouvé dans des sites archéologiques néandertaliens des artéfacts attrayants sans utilité manifeste.

Clichés contre réalité

  • Néandertal habitait dans des cavernes, vrai ou faux?
    Faux! Néandertal a surtout fabriqué des abris à l’air libre, comme celui-ci, découvert au site archéologique de La Folie, près de Poitiers, en France.
  • Néandertal tenait normalement une massue, vrai ou faux?
    Probablement faux. Aucune massue n’a été découverte dans les sites archéologiques néandertaliens.
  • Néandertal n’aimait pas les légumes et mangeait surtout de la viande rouge, vrai ou faux?
    Faux. Les scientifiques ont découvert que Néandertal était omnivore : il mangeait de la viande, des plantes et du poisson, adaptant son régime selon les aliments disponibles. À peu près comme nous, en fait.
  • La fabrication d’outils à la main exige un talent nettement au-delà des capacités de Néandertal, vrai ou faux?
    Faux! Néandertal était un artisan talentueux, et pendant des centaines de milliers d’années il a façonné des outils comme des couteaux, des lames et des grattoirs.
  • Néandertal était manifestement moins intelligent que l’humanité moderne, ce qui expliquerait sa disparition, vrai ou faux?
    On ne le sait pas. Toujours enveloppée de mystère, sa disparition est toutefois fort probablement liée à de multiples facteurs, parmi lesquels, peut-être, la présence d’Homo sapiens.
  •  

    À vos agendas

     

    Procurez-vous le catalogue-souvenir

    Néandertal (publication)

    Complétez votre visite en vous procurant le catalogue-souvenir Néandertal, offert en ligne et à la Boutique du Musée.

     

    Frais et réservation

    Les droits d’entrée au Musée canadien de l’histoire comprennent l’accès au Musée des enfants, au CINÉ+, aux expositions spéciales ainsi qu’à toutes les galeries du Musée.

    Évitez la file d’attente. Achetez vos billets en ligne maintenant

    Devenez membre

    Bénéficiez d’un accès illimité au Musée canadien de l’histoire (y compris au Musée des enfants et aux films documentaires du CINÉ+) et au Musée canadien de la guerre. Adhérez maintenant

     

    Partenaires

    Logos - Musée de l’Homme / Inrap - Institut national de recherches archéologiques préventives