Cette version de la Zone pédagogique ne pourra s’afficher de manière optimale dans votre navigateur. Pour une meilleure expérience, veuillez effectuer une mise à jour.

Libertés sacrifiées – La Loi sur les mesures de guerre

Revolver fourni à l’avocat Robert Demers

Artéfact

Petit pistolet avec une poignée en bois.//Small pistol with a wooden handle.

Petit pistolet avec une poignée en bois.//Small pistol with a wooden handle.

Image


Vidéo


Audio


Activités

REGARDER

Regardez ce révolver et comparez-le avec cette arme de poing des années 1860. Quelles sont les similitudes et les différences? En le regardant, pouvez-vous donner une date pour cet objet?


PENSER

Lisez le contexte historique ci-dessous. Pensez-vous qu’on donnerait une arme à un avocat pour se protéger aujourd’hui? Qu’est-ce qui a changé depuis les années 1970?


PENSER

Lisez le contexte historique ci-dessous. Qu’est-ce que le fait qu’un avocat ait besoin d’une arme de poing pour se protéger vous révèle sur l’atmosphère de la crise d’Octobre? Comment pensez-vous que les gens se sentaient à l’époque?


Précisions

Date
Origine de l’objet Centrale
Matériaux
  • Métal
  • Bois
Source / No de référence Don de Robert Demers, Musée canadien de l’histoire, 2015.88.1

Contexte historique

Choisissez parmi les trois niveaux suivants celui qui correspond à vos besoins.

  • En octobre 1970, des membres du Front de libération du Québec ont enlevé le diplomate britannique James Cross et le ministre québécois du Travail Pierre Laporte.
  • Cross a été libéré, mais M. Laporte, lui, a été assassiné. Les gestes du FLQ ont ébranlé le gouvernement du Québec.
  • Ce révolver a été remis, à titre de protection, à Robert Demers, un avocat chargé de négocier avec le FLQ lorsque M. Cross et M. Laporte ont été enlevés.

  • En octobre 1970, des membres du Front de libération du Québec ont enlevé le diplomate britannique James Cross et le ministre québécois du Travail Pierre Laporte.
  • Cross a été libéré, mais M. Laporte, lui, a été assassiné. Les gestes du FLQ ont ébranlé le gouvernement du Québec.
  • Ce révolver a été remis, à titre de protection, à Robert Demers, un avocat chargé de négocier avec le FLQ lorsque M. Cross et M. Laporte ont été enlevés.

Sommaire

  • En octobre 1970, des membres du Front de libération du Québec ont enlevé le diplomate britannique James Cross et le ministre québécois du Travail Pierre Laporte.
  • Cross a été libéré, mais M. Laporte, lui, a été assassiné. Les gestes du FLQ ont ébranlé le gouvernement du Québec.
  • Ce révolver a été remis, à titre de protection, à Robert Demers, un avocat chargé de négocier avec le FLQ lorsque M. Cross et M. Laporte ont été enlevés.

Éléments essentiels

En octobre 1970, des membres du Front de libération du Québec ont enlevé le diplomate britannique James Cross et le ministre québécois du Travail Pierre Laporte.

Après deux mois de captivité et de longues négociations entre le gouvernement du Québec et le FLQ, M. Cross a finalement été libéré, mais M. Laporte, lui, a été assassiné sept jours seulement après avoir été enlevé. Les gestes du FLQ ont ébranlé le gouvernement du Québec.

Ce révolver a été remis, à titre de protection, à Robert Demers, un avocat chargé de négocier avec le FLQ lorsque M. Cross et M. Laporte ont été enlevés.


Description exhaustive

Le lundi 5 octobre 1970, une cellule du Front de libération du Québec (FLQ) a enlevé le diplomate britannique James Cross sous la menace d’une arme. Pour le FLQ, M. Cross était un « agent du colonialisme britannique ». Puis, le 10 octobre 1970, le ministre québécois du Travail, Pierre Laporte, a lui aussi été enlevé.

Après deux mois de captivité et de longues négociations entre le gouvernement du Québec et le FLQ, M. Cross a finalement été relâché. M. Laporte, lui, a été assassiné sept jours seulement après avoir été enlevé.

Le gouvernement du Québec, dirigé par Robert Bourassa, a été ébranlé par l’enlèvement de M. Cross et traumatisé par le meurtre de M. Laporte.

Ce révolver a été remis, à titre de protection, à l’avocat québécois Robert Demers, lorsqu’il lui a été demandé de négocier avec le FLQ pour la libération de M. Cross et de M. Laporte. La province a également intensifié son activité policière.


Afficher des objets reliés à La crise d’Octobre : La répression des libertés