Cette version de la Zone pédagogique ne pourra s’afficher de manière optimale dans votre navigateur. Pour une meilleure expérience, veuillez effectuer une mise à jour.

Récits de la Confédération

Veste ayant appartenu à sir John A. Macdonald

Artéfact

blue civil uniform jacket with gold cuffs and buttons.

blue civil uniform jacket with gold cuffs and buttons.

Image


Vidéo


Audio


Activités

REGARDER

Qu’est-ce que cette veste d’uniforme nous dit au sujet de l’homme qui la portait et de l’image qu’il voulait donner de lui-même? Qu’est-ce qui a motivé votre réponse?


REGARDER

Examinez cette veste d’uniforme. Selon vous, de quoi est-elle faite? S’agit-il d’une veste de tous les jours ou d’un vêtement pour les occasions spéciales seulement? Expliquez votre raisonnement.


PENSER

Croyez-vous que cette veste a été portée durant la Conférence de Londres? Expliquez votre réponse.


FAIRE

Faites des recherches sur les tenues vestimentaires de la fin du xixe siècle. En vous basant sur vos recherches, dessinez une tenue que vous porteriez si vous assistiez à la Conférence de Londres. Tenez compte de divers éléments, tels que la couleur, le tissu, les symboles culturels et le style.


Précisions

Date 1850-1856
Origine de l’objet à l’extérieur du Canada
Matériaux
  • Tissu
  • Soie
  • Dorure
Source / No de référence Musée canadien de l’histoire, D-17939
Artiste / Artisan / Fabricant Firmin & Sons

Contexte historique

Choisissez parmi les trois niveaux suivants celui qui correspond à vos besoins.

  • Sir John A. Macdonald a peut-être porté cet uniforme durant la Conférence de Londres, en 1866-1867.
  • Macdonald était d’avis que la Confédération devait centraliser le pouvoir au sein du gouvernement fédéral, tandis que d’autres Pères de la Confédération voulaient que les provinces aient plus de pouvoir.
  • L’héritage de Macdonald est assombri par les efforts de son gouvernement visant à asservir et à assimiler les peuples autochtones.

  • Sir John A. Macdonald a peut-être porté cet uniforme durant la Conférence de Londres, en 1866-1867.
  • Macdonald était d’avis que la Confédération devait centraliser le pouvoir au sein du gouvernement fédéral, tandis que d’autres Pères de la Confédération voulaient que les provinces aient plus de pouvoir.
  • L’héritage de Macdonald est assombri par les efforts de son gouvernement visant à asservir et à assimiler les peuples autochtones.

Sommaire

  • Sir John A. Macdonald a peut-être porté cet uniforme durant la Conférence de Londres, en 1866-1867.
  • Macdonald était d’avis que la Confédération devait centraliser le pouvoir au sein du gouvernement fédéral, tandis que d’autres Pères de la Confédération voulaient que les provinces aient plus de pouvoir.
  • L’héritage de Macdonald est assombri par les efforts de son gouvernement visant à asservir et à assimiler les peuples autochtones.

Éléments essentiels

Cette veste d’uniforme civil, pour des occasions officielles, a peut-être été portée par sir John A. Macdonald durant la Conférence de Londres, en 1866-1867.

John A. Macdonald – la première personne à occuper le poste de premier ministre du Dominion du Canada – a été un des principaux architectes de la Confédération.

Il voulait créer un gouvernement central puissant afin d’éviter les différends internes. D’autres Pères de la Confédération voulaient des gouvernements provinciaux forts qui protégeraient l’identité et les intérêts distincts des provinces. Les tiraillements entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux persistent de nos jours.

En dépit de son rôle dans la création du Canada moderne, Macdonald a été critiqué pour son traitement des peuples autochtones. En tant que premier ministre, il a mis en place des politiques visant à asservir et à assimiler les peuples autochtones. Les effets néfastes de ces politiques persistent de nos jours.


Description exhaustive

Cette veste d’uniforme civil, pour des occasions officielles, a peut-être été portée par sir John A. Macdonald durant la Conférence de Londres, en 1866-1867.

John A. Macdonald – la première personne à occuper le poste de premier ministre du Dominion du Canada – a été un des principaux architectes de la Confédération. À la Conférence de Londres, un représentant britannique a dit qu’il était « le principal cerveau et le porte-parole » de la délégation de l’Amérique du Nord.

John A. Macdonald voulait créer un gouvernement central (fédéral) puissant, afin d’éviter les différends internes, comme ceux qui avaient, en partie, conduit à la guerre de Sécession aux États-Unis. D’autres Pères de la Confédération, particulièrement ceux du Québec et des Maritimes, voulaient des gouvernements provinciaux forts qui protégeraient l’identité et les intérêts distincts des provinces. Les tiraillements entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux demeurent à l’origine d’importantes questions aujourd’hui, comme la désaffection de l’Ouest et le séparatisme au Québec.

En dépit du rôle déterminant que John A. Macdonald a joué dans la création du Canada moderne, la façon dont il a traité les Autochtones a fait de lui un personnage hautement controversé. En tant que premier ministre du Dominion du Canada de 1867 à 1873, et de 1878 à 1891, Macdonald a supervisé l’élaboration et la mise en œuvre de politiques visant à asservir et à assimiler les peuples autochtones. Parmi ces politiques figuraient des mesures visant à affamer les peuples autochtones des Prairies afin de les forcer à s’installer dans des réserves. L’objectif était de défricher des terres pour permettre la construction d’un chemin de fer transcontinental,  la colonisation et  l’agriculture. Le gouvernement de Macdonald a aussi joué un rôle déterminant dans la création et l’élargissement du système de pensionnats pour Autochtones au Canada, dont les répercussions néfastes persistent de nos jours.


Afficher des objets reliés à De Charlottetown à Londres