Le Musée rouvrira ses portes le 2 février. Une preuve de vaccination est exigée. Au plaisir de vous voir bientôt!

Main Menu

Programme de stages destinés aux Autochtones RBC

Formation professionnelle et technique offerte aux stagiaires des Premières Nations, aux Métis et aux Inuits.

Le Musée est fermé

Voir l’horaire complet
Demande d'information

Le programme a pour but d’aider les nations autochtones de partout au Canada à représenter leur histoire et leur culture de concert avec les institutions culturelles.

Le Programme de stages destinés aux Autochtones RBC offre une formation professionnelle et technique aux stagiaires des Premières Nations, aux Métis et aux Inuits. Il est le seul programme du genre au Canada. Le programme a pour but d’aider les nations autochtones de partout au Canada à représenter leur histoire et leur culture de concert avec les institutions culturelles.

Depuis 1993, le Programme a accueilli des stagiaires provenant de plus de 40 nations autochtones du Canada. Les diplômés sont ensuite devenus des modèles dans leur milieu et des promoteurs des secteurs muséal et culturel. Une fois leur stage terminé, nombre de diplômés ont mis à profit la formation et l’expérience acquises pour décrocher des postes dans des musées communautaires, pour exercer les fonctions de directeur, de formateur et de fonctionnaire au gouvernement, ou encore pour poursuivre des études dans un domaine particulier. D’autres sont devenus des chefs de file dans des organisations comme le Collectif des Conservateurs autochtones, l’Union of British Columbia Indian Chiefs et le Haudenosaunee Cultural Resources Protection Program.

Le Programme collabore avec diverses organisations apparentées et divers partenaires tels que les organismes des Premières Nations, les musées nationaux, le gouvernement fédéral, les collèges et les universités, les musées provinciaux, Bibliothèque et Archives Canada, l’Institut canadien de conservation, la Confédération des centres éducatifs et culturels des Premières Nations, ainsi que certaines Premières Nations ayant des musées, des bibliothèques, des centres culturels ou des entreprises de tourisme culturel.

Remise de diplômes du Programme de formation en pratiques muséales destiné aux Autochtones, 2013

L’ancienne élève invitée Margaret Fireman (Crie) s’adresse aux participants à l’occasion de la cérémonie de graduation du 20e anniversaire en 2013.

Aperçu

Description

Le Programme offre une formation professionnelle et technique dans un milieu muséal réputé. Il est offert chaque année, de septembre à avril, avec une relâche de deux semaines durant la période des fêtes.

Objectif

L’objectif est d’offrir une expérience pratique aux Autochtones qui aimeraient approfondir leurs connaissances et compétences en ce qui concerne divers aspects du travail dans les musées.

Citations et témoignages

D’où proviennent nos stagiaires?

Irvine Scalplock

Nation Siksika, Alberta, a fait son entrée au programme en 1993-1994

Comment avez-vous entendu parler du programme?

En 1993, j’ai été approché par un aîné du nom de Russell Wright (défunt) des Siksika. Il m’a demandé si je pourrais envisager de quitter la communauté pour suivre un programme de formation en pratiques muséales. Il m’a dit que je devrais traverser le pays et séjourner là-bas pour une période de six mois. Avant qu’il ne parte, je lui ai dit que j’avais besoin de temps pour y réfléchir. Après quelques semaines, un membre du conseil des Siksika est venu chez moi et m’a posé les mêmes questions que l’aîné m’avait posées. J’ai appris que j’avais été choisi parmi un groupe de six personnes de la communauté. Je suis donc parti pour le Québec pour amorcer le travail le plus agréable que j’aie jamais effectué.

Quelles étaient vos attentes en entrant au programme?

J’étais excité de suivre une formation au Musée canadien des civilisations (MCC) (maintenant Musée canadien de l’histoire). Je connaissais le travail d’installation au Glenbow Museum et depuis ce temps, j’ai toujours voulu travailler dans un environnement muséal. J’ai toujours voulu travailler dans un endroit où je pourrais apprécier des artéfacts et des objets du passé. Au Musée canadien des civilisations, toutes mes attentes ont été satisfaites et je recommencerais ce travail de nouveau immédiatement.

Comment l’expérience de formation du programme de formation en pratiques muséales destiné aux autochtones (pfpmda) a-t-elle influencé votre carrière?

La formation m’a permis d’apprécier pleinement le type de travail associé à la préservation et à la présentation d’œuvres d’art sous différentes formes. Même après avoir pris ma retraite, j’ai continué d’utiliser les techniques apprises au sein de mon entreprise privée. Dans mon entreprise privée, je faisais des reproductions d’artéfacts et les traitais de la manière dont ils auraient été traités dans un environnement muséal. Je créais des accessoires de montage et des supports comme je l’avais appris au MCC.

Mon message d’inspiration pour ceux qui envisagent de suivre ce cours :

Si vous pensez qu’une carrière dans un environnement muséal est pour vous, c’est au Musée canadien de l’histoire (MCH) que vous devez aller. Au MCH, vous découvrirez de nombreux mondes et vivrez diverses expériences. Les expositions sont incroyables et vous pourrez être présent au moment où une salle se transforme en quelque chose du passé. Le MCH a tellement à offrir. Pour les étudiants des Premières Nations, ne manquez pas cette occasion, vous ne le regretterez pas.

Irvine Scalplock a terminé le programme en 1994.

Linda Grussani

Nation Kitigan Zibi Anishinabeg, de Ottawa en Ontario, a fait son entrée au programme en 2000.

Comment avez-vous entendu parler du programme?

L’administrateur du programme d’aide aux études postsecondaires au conseil de l’éducation Kitigan Zibi m’a parlé de ce programme. Il m’a conseillé de poser ma candidature après l’obtention de mon diplôme de premier cycle en histoire de l’art à l’Université Carleton.

Quelles étaient vos attentes en entrant au programme?

Apprendre auprès du personnel au sujet de la collecte, du soin et de la présentation de notre patrimoine culturel; me familiariser avec les activités quotidiennes du musée; découvrir quelles étaient les œuvres d’art algonquines au sein des collections du musée.

Comment décririez-vous votre expérience au musée?

Dans l’ensemble, mon expérience fut très positive. Les autres stagiaires de mon groupe étaient des gens merveilleux avec qui travailler et les membres du personnel du musée étaient toujours prêts à partager leurs connaissances. Grâce à cette expérience, je me suis fait des amis pour la vie et j’ai acquis des connaissances et compétences importantes.

Comment l’expérience de formation du programme de formation en pratiques muséales destiné aux autochtones (pfpmda) a-t-elle influencé votre carrière?

Mon expérience au sein du programme m’a directement permis de trouver un emploi dans le domaine.

Quel message inspirant livreriez-vous à quelqu’un qui envisage de s’inscrire au programme?

C’est un programme fantastique pour en apprendre plus sur la collecte, le soin et la présentation de matériel autochtone et la culture visuelle. Le musée possède de fabuleuses collections et une vaste expertise dont on peut tirer parti.

Linda Grussani a terminé le programme en 2001

Margaret Fireman

Nation crie de Chisasibi, a fait son entrée au programme en 2000.

Quelles étaient vos attentes en entrant au programme?

Je voulais approfondir mes connaissances dans ce domaine et travailler dans un milieu muséal. Pendant mon stage, j’ai fait des recherches sur notre ancienne communauté de Fort George et j’ai aussi eu à travailler sur des artéfacts et du matériel récemment acquis cette année-là de notre communauté. J’ai travaillé à la bibliothèque et aux archives, au service de la conservation, au service de l’ethnologie, au service de gestion des collections, au musée des enfants et à la salle d’exposition. On a également consulté notre groupe de stagiaires concernant les expositions de la salle des Premiers Peuples; c’était assez nouveau pour moi et j’ai trouvé excitant de pouvoir donner nos idées avec une perspective autochtone. J’ai tellement appris au sujet des techniques de restauration et les personnes avec qui j’ai travaillé, dans tous les départements, étaient toujours prêtes à aider et à donner des conseils. C’était un bon environnement de travail.

Mon message d’inspiration pour ceux qui envisagent de suivre ce cours :

J’encourage tous ceux qui souhaitent s’inscrire au Programme de stages destinés aux Autochtones au Musée canadien de l’histoire. Nous avons établi de bonnes relations de travail et après toutes ces années, j’entretiens encore des liens avec les personnes avec qui j’ai travaillé au musée. J’emmène nos groupes d’aînés et nos jeunes travailleurs voir les collections du Musée canadien de l’histoire et d’autres musées comme le National Museum of the American Indian à Washington, DC.

Margaret Fireman a terminé le programme en 2001.

Pour nous envoyer un courriel ou voir d’autres façons de nous contacter :

Nous joindre